Accueil»Jeux vidéo»Test Metagal : un megaman-like aussi bon que l’original (PS4/PS Vita/Switch) ?

Test Metagal : un megaman-like aussi bon que l’original (PS4/PS Vita/Switch) ?

Test Metagal : un megaman-like aussi bon que l’original ?

Depuis quelques années maintenant, nombreux sont les jeux qui tentent de soudoyer les fans de Megaman. En effet, entre 20XX, Venture Kid, Mighty N°9, Mighty Gunvolt Burst ou encore Azure Striker, ils sont nombreux à s’être essayés (avec plus ou moins de succès) au genre.

Du côté de chez Ratalaika Games, on a mis au point un certain Metagal (proposé à moins de 5 euros). Un titre sans aucune prétention, et qui constitue au final une très bonne surprise.

Mais ta g***** !

Metagal place ainsi le joueur dans la peau de Meta, une cyborg, en pleine quête pour sauver son créateur, le docteur Ray des mains du Général Creeper, le chef maléfique d’une armée démonique ! Le jeu s’ouvre sur une séquence plutôt réussie, avec une présentation très Megamanesque de notre héroïne. Cette dernière va devoir affronter ses 8 soeurs, à travers 8 niveaux distincts, avant de pouvoir affronter Creeper.

Metagal Test

Dès les premières secondes, difficile de ne pas voir l’évidente filiation qui existe entre ce Metagal et Megaman. Comme dans les opus GameBoy du jeu de Capcom (pour ne citer qu’eux), il n’est possible ici dans un premier temps de sélectionner que 4 boss, avant de pouvoir affronter les 4 suivants. De nouvelles armes peuvent être obtenues en battant les différents boss, ce qui permet en général de récupérer un item bonus dans certains niveaux.

Un pur Megaman-like

Côté gameplay, on reste sur une jouabilité 2D de type 8/16 bits, avec la possibilité de sauter, de dasher et de tirer. Metagal peut également utiliser différentes armes bonus, dont un tir chargé, mais aussi un item de soin, sans oublier les armes des ennemis occis. Le tout est très intuitif, et même si les phases de shoot manquent un peu de dynamisme et d’impact, l’ensemble est plutôt réussi. La difficulté est de mise ici, pas forcément avec les ennemis et les boss, dont la puissance n’est pas énorme, mais plutôt au niveau du level design.

Metagal Test

En effet, chaque niveau apporte son lot de pièges plus ou moins vicieux, avec quelques phases de plateforme parfois millimétrées. Heureusement, un sytème de Gear (des engrenages à récupérer sur le champ de bataille) permet de ressusciter plus aisément ou même de regonfler sa jauge de vie en cas de coup dur. L’ensemble reste malgré tout nettement plus accessible qu’un Megaman classique, mais certains niveaux risquent malgré tout d’en faire criser plus d’un.

Metagal Test

Comptez environ 3 à 4 heures pour boucler l’aventure, mais seulement 10/15 minutes pour récupérer tous les trophées du jeu (y compris le précieux Platine).

Metagal Test

Graphiquement, Metagal est un hommage à ces jeux d’antan, avec un côté « pixel » très agréable, sans jamais trop en faire. Comme dit un peu plus haut, on regrette des phases de shoot qui manquent un peu de punch, mais globalement on a affaire ici à un Megaman-like très réussi, avec une héroïne plutôt attachante et quelques excellentes idées. Les boss, tout comme les mid-boss sont eux aussi très réussis. Certes, l’ensemble manque un peu de charme et d’originalité, mais il convient de rappeler que Metagal est proposé à moins de 5 euros, ce qui n’était pas le cas de certains autres Megaman-like, bien plus chers et nettement moins réussis…

Notre avis

7.0
Sans aucune prétention, Metagal permet aux fans de Megaman (et aux autres) de profiter d'un jeu de plateforme-action à l'ancienne plutôt agréable à parcourir. Certes, le jeu n'apporte rien de foncièrement original, mais ceux qui espéraient y découvrir un Megaman-like amusant ne seront pas déçus. A cela s'ajoute un prix de vente inférieur à 5 euros, sur toutes les plateformes, et ça c'est beau.
16 Avis d'utilisateur
Notre Avis 7.0

Les plus

Plutôt joli. Un background joliment travaillé. Des personnages réussis. Un hommage très appuyé (dans le bon sens du terme) à Megaman

Les moins

Un certain manque de punch global. Certains niveaux un peu frustrants. Un peu court.