Accueil»Jeux vidéo»Test Dragon Ball FighterZ : enfin LE jeu DBZ tant attendu (depuis toujours) ?

Test Dragon Ball FighterZ : enfin LE jeu DBZ tant attendu (depuis toujours) ?

LE jeu Dragon Ball Z tant attendu ?

C’est un fait, depuis toujours, le fan de Dragon Ball doit se contenter de jeux de combat parfois infectes (Final Bout sur PSOne…) et d’adaptations parfois plus réussies (Tenkaichi, Budokai..). Jamais toutefois, un jeu de combat Dragon Ball Z n’est parvenu à infliger une vraie claque, visuellement d’une part, mais aussi en terme de dynamisme, de gameplay, d’intensité, bref, tout ce qui fait la magie de la saga. Avec Dragon Ball FighterZ, mis en avant sur de nombreux salons ces derniers mois, beaucoup estiment que Bandai-Namco tient enfin LE jeu que chaque fan attend depuis plus de 20 ans.

test DBZ FighteZ PS4

Une espèce de jeu Dragon Ball absolu donc, offrant à la fois un respect profond de la licence, et une puissance presque palpable à travers notre écran Ultra HD 4K. Intelligemment pensé en amont, et confié aux mains expertes de Arc System Works (BlazBlue, Guilty Gear…), ce Dragon Ball FighterZ semble avoir enfin été en mesure de réunir toutes les boules de cristal, avec un visuel ahurissant, une section sonore léchée (et la possibilité d’opter pour les voix US et Jap), mais aussi un gameplay parfaitement travaillé, sans trop sombrer dans la technique pour permettre à chacun de réveiller le super saiyan qui sommeille en lui.

Au début de vos aventures, dans Dragon Ball FighterZ, vous allez créer un petit avatar, en définissant son aspect (via des personnages de la série bien sûr) ainsi qu’un nom de combattant. C’est ce dernier qui vous représentera dans le salon principal de jeu, dans lequel vous pourrez (quand le réseau fonctionnera) croiser d’autres joueurs, et engager la discussion. Le hall est composé de diverses salles, avec une salle d’entrainement (très utile), une section Arcade, un mode Combat Local permettant de créer un combat (pour 1 ou 2 joueurs) ou même un tournoi personnalisé, une salle de rediffusion, ainsi qu’un mode Histoire. Une Boutique est également de la partie, laquelle permet de dépenser les Zenis accumulés au fil des parties. Cela permet de mettre la main sur des récompenses purement esthétiques, comme de nouvelles couleurs, des titres de combat ou encore des personnages à incarner dans le Hall.

Le Hall principal permet au joueur de se promener librement, ou de se téléporter vers les différents lieux proposés.

Rapidement, on décide de lancer un défi Arcade, lequel permettra (au départ) d’opter entre trois routes à la difficulté croissante. L’occasion de découvrir le roster de ce Dragon Ball FighterZ. A ce sujet, le jeu fait le choix de proposer la quasi-intégralité des combattants dès le début du jeu. A vous donc Son Goku, Vegeta, Trunks, Krillin, mais aussi Son Goku Black, Cell, Freezer, mais aussi Beerus ou encore Hit. Outre les combattants, le jeu propose également de retrouver quelques lieux emblématiques de la saga.

Dès le lancement du jeu, vous aurez accès aux personnages suivants.

Visuellement, le jeu offre un rendu graphique assez sublime, et même si on tique parfois sur quelques cut-scenes pas folichonnes, l’ensemble offre un dynamisme et une puissance à couper le souffle. Les effets de caméras sont juste incroyables, et certaines attaques déclenchent une mise en scène permettant de sublimer l’intensité des affrontements. A cela s’ajoutent quelques subtilités visuelles (le look des personnages qui évolue au fil des coups reçus, les décors destructibles…) qui viennent parfaire ce rendu visuel extraordinaire.

Côté combat, Dragon Ball FighterZ permet de s’adonner à des luttes en 3 vs 3 (la plupart du temps), et même les changements de personnages (in-game ou lors d’un KO) se font avec un dynamisme exceptionnel. En ce qui concerne la jouabilité, le jeu offre de nombreuses subtilités, mais Arc System Works a souhaité avant tout permettre à chacun de profiter d’un vrai spectacle, sans forcément avoir des tonnes de manipulations à mémoriser. Il est donc possible de réaliser les combos avec simplicité, et chaque joueur est en mesure de déclencher une attaque spéciale ou un combo à plusieurs dizaines de Hits. Bien sûr, le jeu offre pas mal de techniques à maîtriser (téléportation, contres, coups chargés, soutien…), mais le jeu reste néanmoins très accessible pour procurer un fun immédiat, sans doute un peu trop (accessible) d’ailleurs pour les puristes du genre.

Pour le joueur solo, outre ce mode Arcade et un mode de combat personnalisé, il sera possible de profiter d’un mode Histoire. Attention toutefois, n’éspérez pas y trouver un open-world ou un mode très évolué, puisqu’il s’agira essentiellement d’aligner les combats pour faire monter en niveau ses personnages, et faire évoluer l’intrigue. A ce sujet, Dragon Ball FighterZ propose trois arcs à vivre, avec une intrigue sympa, mais une mise en scène diablement mollassonne. Le tout se déroule sur des cartes de jeu sur lesquels on fera avancer son équipe, avec un nombre de tours limités, des personnages à sauver, des combats simples, des didacticiels et un boss de fin de niveau. Il faudra également découvrir certains évènements de liaison, accessibles dans certains cas précis, avec certains personnages seulement. Un mode agréable, mais qui manque malheureusement d’un peu de pêche pour « y passer la nuit » comme on dit.

Le mode Histoire permet d’enchaîner les combats, entrecoupés de quelques cut-scenes, le tout se déroulant sur un plateau de jeu avec un nombre de tours limités. Le but est de faire évoluer ses personnages, de secourir les combattants en détresse (qui viendront rejoindre vos rangs) et affronter le boss de la Carte avant la fin des Tours.

Au final, inutile de nier que ce Dragon Ball FighterZ inflige une claque absolue à tous ceux qui auront le malheur de jeter un oeil à l’écran, manette en mains ou non. Jamais un jeu n’aura su retranscrire à ce point toute la puissance, la vitesse et l’intensité de la saga, avec un profond respect pour la licence, mais aussi de nombreux détails à découvrir, dont certains habilement cachés. Il s’agit incontestablement du jeu Dragon Ball que l’on attendait tous depuis notre enfance, même si, on le répète, certains fans du genre combat regretteront un gameplay un peu trop simplifié parfois.

Pas de panique pour les amateurs, vous n’aurez aucun mal à déclencher ce genre d’attaques surpuissantes, constituant à chaque fois un pur régal pour les yeux (et la fierté) du joueur.

De notre côté, on a évidemment pris un plaisir fou à jouer/regarder ce Dragon Ball FighterZ, grâce notamment à ce gameplay assez simple d’accès, qui ne nécessite pas des heures d’entrainement pour déclencher une attaque spéciale ou un combo dévastateur. Toutefois, il faut admettre que ce même gameplay peut parfois montrer assez rapidement ses limites, la faute à certaines commandes un peu trop simplifiés et un côté irrémédiablement répétitif si on ne prend pas le soin de maîtriser un tant soit peu toutes les subtilités du jeu, notamment les précieux Soutiens. On aurait également apprécié un mode Histoire un peu plus pêchu, une IA globalement plus solide, mais cela reste quand même du domaine du détail, et il serait franchement dommage de passer à côté de ce Dragon Ball FighterZ.

Et le multijoueur alors ?

On ne va pas vous mentir, à l’heure où sont écrites ces lignes, le mode Réseau de Dragon Ball FighterZ est encore… inexistant. En effet, comme c’était le cas lors de la récente bêta, en début de partie, le jeu essaie de se connecter aux serveurs. En cas d’échec (ce qui est le cas chez nous, les serveurs étant encore inaccessibles), le jeu permet de sauter cette étape, et ouvre néanmoins l’accès à l’intégralité de son contenu solo. Ouf !

Impossible donc à l’heure actuelle de tester la moindre fonction réseau, que ce soit un combat en ligne ou même les salons pouvant accueillir un peu plus d’une soixantaine de combattants. Il va sans dire que tout cela sera corrigé dans les heures/jours à venir, et que Dragon Ball FighterZ aura su tirer (on l’espère) les leçons de la récente bêta pour offrir aux joueurs des serveurs dignes de ce nom lors de son arrivée en boutiques.

(Test réalisé à partir d’une version digitale PS4 fournie par l’éditeur, sur PS4 Pro) 

Notre avis

9.0
Avec Dragon Ball FighterZ, Bandai-Namco et Arc System Works offrent aux fans de la licence LE jeu tant attendu depuis toutes ces années. Un jeu de combat respectueux de la saga, vif, nerveux, éblouissant visuellement et bourré de références et autres clins d'oeil plus ou moins évidents. Un jeu au gameplay assez simple d'accès, sans pour autant faire l'impasse sur de nombreuses subtilités, que seuls les férus du genre combat pourront pleinement exploiter. Les amateurs seront de leur côté ravis de pouvoir déclencher des combos dévastateurs et autres attaques surpuissantes sans trop de difficulté. On regrettera simplement quelques combattants moins indispensables que d'autres, un gameplay qui peut assez vite montrer ses limites, et un certain déséquilibrage parfois. Pour le reste, difficile de bouder notre plaisir face à ce Dragon Ball FighterZ, qui en met littéralement pleine la gueule et qui fera (enfin !) la joie des (petits et grands) inconditionnels de la série. Pour faire simple, c'est un peu un rêve (de gosse) qui se réalise pour de nombreux fans.
20 Avis d'utilisateur
Notre Avis 9.0

Les plus

LE jeu de combat DBZ dont on rêve depuis tant d'années. Système de combat accessibles à tous pour un fun immédiat, mais avec quelques vraies subtilités pour les puristes. Une claque visuelle incroyable. Un dynamisme à toute épreuve. Un mode solo consistant, avec évidemment du multi local. La puissance qui se dégage de chaque affrontement. Les Destruction Finish orgasmiques.

Les moins

Le mode Histoire, pas inintéressant d'un point de vue scénario, mais bigrement mou du genou. Un certains déséquilibrage selon les personnages. Quelques combattants pas forcément indispensables. Stabilité du mode réseau ?

Commentaires