Accueil»Jeux vidéo»Test WRC 9 : une belle refonte « next-gen » en 4K 60fps sur Xbox Series X et PS5 !

Test WRC 9 : une belle refonte « next-gen » en 4K 60fps sur Xbox Series X et PS5 !

Après notre test de WRC 8 l’année dernière, où KT Racing nous avait conquis avec un jeu authentique et travaillé, il est grand temps de se pencher sur le tout nouveau WRC 9. Disponible depuis le 3 septembre sur PC (exclusivité Epic), Xbox One, PS4 (bientôt sur Nintendo Switch, PlayStation 5 et Xbox Serie X), publié par Nacon et développé par KT Racing, cette version 2020 est-elle une nouvelle référence ou une simple mise à jour ? Réponse dans notre test !

Test nouveau WRC 9

Mise à jour Xbox Series X / PS5

Comme prévu, WRC 9 est éligible au Smart Delivery et PS5 Free Upgrade. Comprenez par là que si vous installez le jeu sur votre Xbox Series X ou votre PS5, ce dernier sera automatiquement (et gratuitement !) mis à jour en version next-gen.

En ce qui concerne ce WRC9, la refonte next-gen fait plaisir à voir, puisque le jeu propose un affichage en 4K et 60 fps ultra plaisant. Certes, quelques textures restent assez moches, c’est vrai, mais le jeu est encore plus agréable qu’auparavant, avec toujours cette exigeance bien spécifique en ce qui concerne le pilotage.

L’autre bonne nouvelle, c’est l’absence quasi-totale de temps de chargements, avec des écrans de loading qui ne dépassent pas les 5 secondes. Nous avons pu tester le jeu sur Xbox Series X… et quel plaisir !

WRC 9 à l’épreuve du test !

Que ce soit clair, cette nouvelle version de WRC ne présente pas de bon en avant par rapport à sa grande soeur. La nouvelle génération de console pointant le bout du nez, il paraissait évident qu’une prise de risque n’était pas la meilleure des idées. Ceci étant dit, WRC n’a plus à rougir devant son concurrent DIRT 2.0 (que nous avons testé aussi), bien au contraire !

La carrière, les challenges hebdomadaires, la gestion de son club (avec ses amis), le mode saison qui vous permet de découvrir sans attendre les spéciales à travers le célèbre Rallye de Monte-Carlo, la Suède, le Portugal, la Sardaigne, la Finlande, l’Allemagne, le Mexique, l’Argentine, le Kenya, la Turquie, la Nouvelle-Zélande, le Pays de Galles et le Japon.

Vous pourrez aussi vous amuser en mode partie rapide. En « test area », vous serez au volant de votre voiture favorite sur un circuit ouvert et aurez tout le loisir de pousser votre véhicule dans ses retranchements tout en choisissant la météo. Le mode entraînement (qui diffère de test area) vous proposera des challenges sur circuits fermés afin de travailler vos trajectoires et points de freinages.

En parlant de challenge, le mode de jeu qui porte ce nom propose de battre des temps ou des distances dans une voiture imposée. Marquer des bons scores vous permet d’accéder aux niveaux suivants. Licence oblige, à vous les WRC et leur moteur 1600cc, les WRC2 et 3 (les R5) et leur 1,6L Turbo, les Juniors WRC (R2).

Les voitures de légendes (Alpine A110, Escort MK2 ou Delta) et les bonus (celles qui ne font pas partie du championnat comme la Proton Iriz R5 ou la Porsche 911 GT3 RS R-GT) vous attendent aussi. Il y a de quoi passer des heures de plaisir ! Vous désirez jouer avec un ami ? Le mode écran partagé est disponible et cela fait vraiment plaisir !

Le mode carrière

Le mode carrière n’est pas un simple enchaînement de course (enfin, si, un peu). Apres avoir fait vos preuves en Junior WRC ou directement en WRC3-2 (en fait, il s’agit ni plus ni moins de commencer en “mode facile” ou “difficile”), vous aurez un contrôle sur le déroulement de votre carrière. Chaque jour du calendrier peut être modifié dans le but d’obtenir plus d’argent ou d’expérience.

Vous venez de finir un stage en Suède ? Passez ensuite par une épreuve prédéfinie avec des conditions extrêmes et battez son record, travaillez vos trajectoires par une session d’entrainement ou offrez-vous du repos, ainsi qu’à votre team, tout simplement.

Le repos est primordial pour votre équipe. Apres le recrutement de votre météorologue, mécanicien ou encore gestionnaire, leur morale et fatigue baisseront après chaque épreuve. C’est à vous de gérer correctement les postes et d’être performant sur les spéciales afin de garder leur moral au beau fixe. La “fatigue” de votre véhicule aussi. Après chaque épreuve et en fonction du niveau de difficulté choisi, vous aurez à sélectionner les réparations à faire en prenant en compte le temps utilisé. Pour un coté plus immersif, activez le mode “permacrash” qui vous fera obligatoirement abandonner une épreuve en cours si votre voiture est trop abîmée.

L’arbre de compétences façon RPG est aussi de la partie et ne présente rien de nouveau. Vous engrangez des points de compétences et choisirez si vous investissez dans la performance, votre QG, team ou voiture. La carrière parvient à vraiment vous captiver et vous motive à faire de votre mieux.

Des sensations toujours aussi bonnes

Les sensations sont toujours aussi agréables et se paient le luxe d’être encore meilleures que sur WRC 8. La différence de puissance entre les véhicules et ce que cela procure manette en main est flagrant. Les multiples surfaces comme la neige, la boue, le sable ou l’asphalte bénéficient d’un soin certain.

Il est grisant de pouvoir sortir d’un virage sableux en accrochant l’asphalte qui se présente jus après et récupérer l’adhérence et la traction. Le transfert de masse semble un poil exagéré, tout comme le frein qui semble aussi très puissant, surtout sur les anciens véhicules type Stratos ou Lancia Delta.

D’ailleurs, dans certains jeux de rally, la neige est outrageusement glissante et impossible à appréhender, KT Racing propose une approche un peu plus accessible avec le choix d’utiliser les aides ou non. Évidemment, désactiver l’ABS, TCS, l’aide à la transmission ou le type de dégât vous rapproche un peu plus à l’esprit rallye et sa difficulté. La conduite dans WRC 9 est du pur plaisir.

Attention, le jeu n’hésitera pas à vous punir sévèrement lors d’une sortie de route. Parfois, les pénalités de sortie ne sont pas toujours bien calibrées. Couper une épingle de quelques centimètres vous fera perdre 3 à 10 secondes. Très sévère ! Certaines flaques peuvent aussi avoir un comportement incertain mais encore une fois, n’étant pas pilote professionnel, nous ferons confiance à KT Racing.

Un WRC 9 agréable pour les yeux et les oreilles

WRC9 est exactement comme WRC8 au niveau graphisme. En lançant le jeu pour la première fois, il est impossible de faire la différence entre les deux. Le moteur graphique est le même ainsi que la page principale et les menus.

Sur piste, rien de nouveau, le jeu reste beau sur PS4 Pro (avec un peu d’aliasing quand même) mais apparaît tout de même plus fluide que le précédent. Les paysages Kenyan et Mexicain sont magnifiques. Les effets de poussières et la végétation sont crédibles.

Le bond en avant niveau sonore par rapport à WRC 8 est remarquable. Au casque ou sur enceintes externes, les sonorités motrices sont excellentes. Le claquement de l’embrayage, le sifflement du turbo ou les crissements des pneus sont spectaculaires. WRC 9 continue le chemin entrepris depuis WRC 7 et ne compte pas s’arrêter là. Chaque version apporte son lot d’améliorations. Il s’agit maintenant d’une vraie simulation et le travail de KT Racing porte ses fruits années après années.

Notre avis concernant WRC 9

Pas de bonne/mauvaise surprise avec ce nouveau WRC 9, qui reprend (un peu trop ?) la formule gagnante déjà utilisée par son prédécesseur. On y retrouve une carrière très immersive, un comportement des voitures toujours aussi agréable et un travail assez impressionnant effectué sur l’aspect audio. Dommage toutefois de ne pas profiter d’un titre plus léché visuellement parlant.

WRC 9

69.99€
8

Note Globale

8.0/10

On aime

  • Une carrière immersive.
  • Plusieurs modes de jeux pour tout le monde
  • Le comportement des voitures.
  • Le travail sur le son !
  • En 4K 60 fps sur Xbox Series X et PS5

On aime moins

  • Quelques textures ratées
  • Pourrait être plus beau.
  • Très (trop) proche de WRC 8.