Accueil»Jeux vidéo»Test Panzer Dragoon Remake sur Nintendo Switch : c’était mieux avant (sur SEGA Saturn) ?

Test Panzer Dragoon Remake sur Nintendo Switch : c’était mieux avant (sur SEGA Saturn) ?

Panzer Dragoon Remake en test sur Nintendo Switch !

Il y a quelques jours, Nintendo a proposé, à la surprise, l’un de ses rendez-vous Direct à ses fans. A la clé, la disponibilité immédiate de Panzer Dragoon Remake sur Nintendo Switch, en plus d’autres annonces évidemment. En effet, on avait appris l’année dernière que le célèbre hit à dos de dragon de la SEGA Saturn allait, lui aussi, être proposé en version « Remake ». Disponible (pour l’heure) uniquement via l’eShop, il est grand temps de se lancer dans le test de cette version 2020 de Panzer Dragoon.

Test Panzer Dragoon Remake

A l’époque, les développeurs promettaient de retrouver un Panzer Dragoon doté de « graphismes et contrôles adaptés aux standards modernes« . Les joueurs étaient donc (légitimement) en droit d’attendre un remake visuellement à la pointe, tout en conservant la jouabilité si propre à ce rail-shooter atypique. Rappelons que le dernier opus en date est un certain Panzer Dragoon Orta (sur Xbox), jouable d’ailleurs sur Xbox One X, dans une version « Enhanced » de toute beauté.

Le remake (à l’identique) du jeu SEGA Saturn de 1995

Lancé en 1995 sur SEGA Saturn, Panzer Dragoon est donc de retour en 2020, avec une exclusivité temporaire sur Nintendo Switch. Proposé au tarif de 24,99 euros (quand même…) le jeu se veut un remake 100% fidèle à l’oeuvre originale. Contrairement à un Resident Evil 2 Remake (pour ne citer que lui), pas question ici de transformer la moindre portion du jeu d’origine. Il s’agit donc à nouveau de visiter un total de sept (enfin six en vrai) niveaux, à dos de dragon, et d’essayer de locker (et de détruire) tous les ennemis à l’écran, y compris les boss de fin de stage.

Test Panzer Dragoon Remake Nintendo Switch

Un shoot’em up de type « rail shooter » (comme Starwing sur Super Nintendo finalement), dans lequel on peut diriger un viseur à l’écran, qui va permettre de locker les ennemis. Dans une moindre mesure, on peut aussi faire bouger le dragon pour éviter les projectiles, et faire pivoter la caméra pour viser sur les côtés et vers l’arrière, en plus de l’avant. Un petit radar à l’écran permet de visualiser où se trouvent les ennemis.

Test Panzer Dragoon Remake Nintendo Switch

Côté durée de vie, ce Panzer Dragoon propose donc un total de sept stages, lesquels nécessitent environ dix minutes de jeu chacun, voire moins. Pas besoin d’avoir « maths sup » pour comprendre que le jeu se boucle en une petite heure… douche froide comprise.

Test Panzer Dragoon Remake Nintendo Switch

Alors oui, mais non…

En effet, si l’intention de « remaker » le Panzer Dragoon de la SEGA Saturn est une initiative on ne peut plus louable, difficile de nier dès les premiers instants de jeu de vraies faiblesses ici, tant au niveau des graphismes que de la maniabilité. Côté audio en revanche, ce remake est un vrai plaisir pour les esgourdes, avec la musique originelle de Panzer Dragoon qui est bien de la partie. Ouf !

Test Panzer Dragoon Remake Nintendo Switch

Ainsi, techniquement, le jeu est (heureusement) plus agréable à l’oeil qu’en 1995, mais force est d’admettre que l’on s’attendait à nettement mieux à ce niveau… Les différents niveaux sont relativement inégaux en terme de graphismes, et on oscille ainsi entre le tout juste correct et le très laid.

Test Panzer Dragoon Remake Nintendo Switch

Globalement, on est très (très) loin d’un remake de la trempe de Zelda : Link’s Awakening hein… et même d’un Panzer Dragoon Orta, pourtant lancé il y a 18 ans sur la première Xbox. Dommage d’ailleurs que l’opus original (celui de la SEGA Saturn donc) ne soit pas inclus en bonus ici, cela aurait été clairement apprécié.

Test Panzer Dragoon Remake Nintendo Switch

Idem du côté du gameplay, qui manque singulièrement de souplesse et de précision. Alors certes, on bouge le viseur avec le stick gauche, on attaque avec le bouton B, et on fait tourner la caméra avec les boutons L et R (via la jouabilité « Classic« ), mais l’ensemble n’est pas très précis. On peut opter pour un mode « Modern« , pour un jeu à deux sticks inédit, mais pas forcément très pratique.

Test Panzer Dragoon Remake Nintendo Switch

Même constat du côté du « viseur », avec lequel on a parfois bien du mal à locker les ennemis comme on le voudrait. Le changement de caméra (via les touches L et R) manque lui aussi de vivacité, et on espère que toutes ces petites approximations de gameplay seront rapidement corrigées via une mise à jour.

Bien sûr, il est évident que ce Panzer Dragoon Remake n’a pas bénéficié d’un budget équivalent à celui de Resident Evil 2 ou de Final Fantasy VII Remake, et le but était de « moderniser » le jeu d’origine, en lui laissant (on imagine) un vrai côté « old school« . Cela n’empêchera pas certains joueurs d’être clairement déçus de leur achat (que l’on devine compulsif), et si on apprécie parfois les gros défauts des jeux d’antan, il faudra se montrer très conciliant ici pour pardonner les mêmes soucis, notamment une réalisation très inégale (mais globalement très faible), mais aussi gameplay très approximatif… Bof bof donc…

Notre avis

6.0
La tendance est aux remakes, la preuve encore aujourd'hui avec ce Panzer Dragoon Remake, version modernisée du hit de 1995 de la SEGA Saturn. Un remake très fidèle à l'oeuvre originale, sans doute un peu trop d'ailleurs, puisqu'il faudra se montrer très conciliant (et nostalgique) pour pardonner une réalisation graphique très (très) moyenne, et de sérieuses approximations côté gameplay. Reste la possibilité de (re)jouer à un titre emblématique pour toute une génération de joueurs, à condition, une fois encore, de ne pas trop en attendre de cette version 2020, sous peine d'être très déçu.
44 Avis d'utilisateur
Notre avis concernant Panzer Dragoon Remake 6.0

Les plus

Un remake fidèle au jeu original. La direction artistique. Cette musique.

Les moins

Pas beau. Pas précis non plus. Moins d'une heure de jeu. La caméra mal positionnée. 25€...