Accueil»Jeux vidéo»Test : que vaut le multijoueur de Forza Motorsport ?

Test : que vaut le multijoueur de Forza Motorsport ?

Forza Motorsport est de retour après 6 ans d’attente. C’est surtout le mode de jeu multijoueur entièrement revu qui modifie la formule et ramène la course compétitive. Plutôt qu’un lobby ouvert, Forza mise sur les nouvelles séries de qualifications, les performances des joueurs et les différents types d’événements.

Test Forza Motorsport Multijoueur
© Turn 10

Comment fonctionne le multijoueur dans Forza Motorsport ?

Le fonctionnement est assez simple. Si vous avez déjà joué à Gran Turismo Sport ou même Gran Turismo 7, vous comprendrez assez rapidement tant la similitude est frappante. En meme temps, c’est une recette qui fonctionne. 

Au départ et pour pouvoir courir, Forza doit connaitre votre niveau et votre comportement en course. Vous avez le choix entre 3 courses qui changent toutes les heures et demi. La structure de course se découpe toujours de la même façon à savoir l’essai libre, la qualification et la course. Il est de votre responsabilité cependant de gérer le temps imparti pour les deux premières phases. 

Vous aurez 20 min, si vous arrivez dès le début du weekend de course pour essai libre et qualification. Veillez à ne pas perdre de temps dans les essais pour avoir le temps d’effectuer les qualifications. Il est important de noter qu’il n’est possible de participer à 3 tours de qualification uniquement. Toute cette première phase vous donnera accès aux lobby de course en fonction de la note qui vous sera attribuée.

© THM Magazine

Un nouveau système de performance et “safety rating” 

Cette année, Forza va plus loin et introduit donc un système de “safety rating » pour votre conduite. “S” étant le meilleur classement suivi de A, B, C, D et E. Vous allez donc courir avec des pilotes disposant du même safety rating pendant les courses. C’était une bonne idée mais la note maximale est trop facilement donnée à tous les joueurs qui auraient décidé de faire leur course en fond de grille pour éviter tous les accrochages par exemple. Ces memes joueurs que l’on retrouve plus tard dans nos lobbys et qui ont pour mission de détruire le plus de voitures. C’est dommage.

Pourtant et pour limiter ce phénomène, Forza combine le système de safety vu précédemment avec un indice de performance noté jusqu’a 5000. Comprenez que plus vous êtes propre, ne touchez personne, respectez les limites de piste et faite des podiums, votre niveau augmentera. Tout ce système sert uniquement pour être dans les meilleurs salons de courses possible.

Disons les choses, le système de pénalité dans ce Forza est à des années lumières de ses ainés. Pourtant il est encore très loin d’être parfait ni même exploitable en l’état. La faute à cette communauté “casual” qui n’aura que faire de réussir à réaliser un tour propre ou à défendre proprement sa position sans vous refaire le pare-chocs. C’est dommage car le multijoueur aurait juste besoin d’une meilleur communauté comme on pourrait trouver sur certaines simulations sur PC. 

© THM Magazine

Les courses “en vedette”

Le mode multijoueur en vedette (Featured Races) est divisé en deux types d’événements différents, les événements spéciaux et les événements ouverts. Ceux-ci tournent chaque semaine avec de nouvelles séries qui ont leurs propres restrictions d’entrée.

Les événements de spécification nécessitent l’utilisation d’un ensemble particulier de voitures qui sont toutes rééquilibrées dans un soucie d’égalité. Les mises à niveau et les réglages personnalisés ne peuvent pas être utilisés dans ces événements, ce qui vous laisse uniquement dépendant des compétences et de votre stratégie.

Les événements ouverts permettent l’utilisation de toutes les voitures qui entrent dans la bonne classe. Toutes les mises à niveau personnalisées et les réglages sont autorisés tant qu’ils ne poussent pas la voiture au-delà de la classe requise en course. C’est plus proche de l’expérience multijoueur classique des précédents Forza.

© THM Magazine

Miser sur les réglages pour gagner 

Dans ce mode, tout le coté réglage des voitures prends tout son sens. En effet, les voitures sont “égalisées” mais différentes dans leur réglage si vous en avez le coeur. En fonction du tracé, vous gérez la pression et type de pneus, bar antiroulis, différentiel etc. Tout est réglable pour prendre l’avantage. Bien sûr, il faut connaitre les tracés, les trajectoires et les points de corde pour en tirer le maximum. 

Ça tombe bien car Forza récompense les joueurs qui roulent beaucoup. Enfin, surtoutqui roule beaucoup avec le même véhicule. Vous aurez besoin d’acheter ou louer vos bolides et surtout les monter en niveau pour être sûr de gagner. Le niveau maximum est de 50 et pour l’atteindre, il faut non seulement être propre sur les tracés mais aussi gagner des courses. 

© THM Magazine

Oui car cette année, il est hors de question d’améliorer votre voiture grace à vos rentrées d’argent. Forza introduit un système de CP ou “Points de compétence”. Comme dans un RPG, vous aurez le choix de dépenser vos CP durement gagné en course sur une partie de votre voiture. Admission, aérodynamique, freinage, carrosserie…

La différence avec un autre jeu de course est que les CP sont attribuables à la volée et peuvent être retirés à tout moment pour une autre partie du véhicule. Cela change son comportement mais surtout son indice de performance qu’il ne faudra plus dépasser en fonction de la course. Une vraie gymnastique qui apporte une certaine profondeur. 

Le plaisir est là mais le manque de rigueur est abyssal

Forza a toujours souffert avec son multi. Ce n’est pas entièrement de sa faute car pour ce mode de jeu, il y a spécifiquement besoin d’une bonne communauté. Malheureusement, cette dernière n’est pas des plus tendres sur le bitume. Il faut aussi mettre dans la balance que Forza est un jeu plutôt très orienté arcade donc vise un plus large nombre de joueurs. Vous trouverez les bons rouleurs, si vous meme, vous en êtes un et veuillez bien me croire que batailler proprement avec un pilote S à coté de vous qui laisse de la place est un plaisir indescriptible.

Par contre, quand le jeu vous pénalise de plusieurs secondes quand quelqu’un vous envoi dans le décors ou lorsque vous défendez votre position trop sèchement, vous êtes en droit de vous demander à quel moment c’est votre faute. Et pourtant les pénalités sont là et seront décomptées à la fin de la course. Tout simplement rageant. 

Si on recherche une vraie experience multijoueur plus que solo, il existe plusieurs alternatives comme l’excellent Assetto Corsa Competizionne, RaceRoom ou encore le mastodonte iRacing. Bien sur, il est préférable d’être non seulement sur PC mais en plus avec un vrai ensemble volant et pédalier pour vraiment profiter. 

© THM Magazine

Sur console, donc plutôt manette, c’est Gran Turismo Sport qui proposait jusque là un multijoueur très convaincant. Des courses variées et organisées par Polyphony Digital, toutes les heures et avec plusieurs catégories de voiture. Forza s’en inspire beaucoup mais échoue, en tout cas pour le moment, sur la question du système de pénalité. Pour remettre les choses en perspective tout de même, ce Forza est simplement le meilleur jamais créé, multijoueur compris. Les sensations de compétition, l’accomplissement d’avoir réalisé un bon tour de qualification, les sensations manette en mains, les départs et les dépassements rendent l’expérience vraiment délectable.

Qu’on se le dise, Forza Motorsport est (enfin !) un excellent jeu de course et un très bon jeu multijoueur de surcroit.