Accueil»Autos»Les SUV remis en question

Les SUV remis en question

Depuis quelques années en France, la vente des véhicules tout terrain de loisir, les SUV se sont multipliés en France. À partir des années 1990, la tendance est arrivée en Europe et le nombre de ces véhicules a augmenté significativement à partir des années 2000. Aujourd’hui, ils représentent près de 40 % des voitures neuves vendues dans l’année. Pourtant, aujourd’hui, il semblerait qu’ils soient pointés du doigt.

Faut-il taxer les SUV ?

Les détracteurs du SUV ont un argument de taille, celui de l’écologie. En effet, là où l’on est très soucieux de préserver la planète, nous sommes plus regardants sur la consommation des véhicules que l’on achète. Aujourd’hui, la question a pris une ampleur politique puisqu’à l’Assemblée nationale, plusieurs députés français prennent une position anti-SUV, à l’instar de Matthieu Orphelin du groupe « Liberté et Territoire », qui a décidé de proposer deux amendements au PLF de 2020 visant à taxer les véhicules en fonction de leur poids.

On y voit très clairement une volonté de surtaxer les SUV, les 4×4 et même les crossovers qui seraient considérés comme plus polluants. Ils auraient donc un malus écologique. C’est donc un vote qui est très attendu par les constructeurs, car ils certainement seront très impactés sur leurs ventes de 2020.

Les SUV pas si polluants

Aujourd’hui, il est possible de relativiser à deux points de vue. Premièrement, les SUV qui ne disposent pas en principe d’un essieu débrayable comme sur les 4×4 ne sont pas aussi lourds
que ces derniers. Pour avoir cette option, il faut verser un complément à l’achat et toutes les marques ne le proposent pas. Il faut savoir qu’en mode 4 roues motrices, les véhicules consomment jusqu’à 2 litres de plus au 100 km de plus que quand ils sont en deux roues motrices.

Deuxièmement, force est de constater que les fabricants ont très nettement amélioré les performances des SUV de ce côté. Dans cet article très intéressant, l’auteur casse les a priori au sujet de la surconsommation. Il compare en effet le dernier modèle de la Peugeot 3008 au break du même constructeur et ne trouve qu’une différence de consommation de 0,05 L au 100 km. La différence est encore plus infime concernant le Captur et le break de chez Renault. L’argument du poids serait donc un faux argument ?

L’intérêt des SUV en milieu urbain

Qui ne s’est jamais posé la question de savoir quel était l’intérêt de rouler en 4×4 en ville. En effet, il n’y a aucune piste difficile, aucun obstacle à franchir. En réalité, il faut faire une distinction entre SUV et 4×4. En effet, la plupart des SUV ne sont pas équipés de 4 roues motrices. Du 4×4, ils n’en ont très souvent que le châssis.

Peugeot 2008

À quoi cela sert-il d’avoir l’habillage sans la performance ? Dans ce cas, la place de ces SUV est en ville puisqu’il leur serait difficile de rouler sur une piste. Par contre, il est prouvé que les SUV causent plus d’accidents avec les piétons du fait de la hauteur du véhicule. Les conducteurs ne voient pas assez les petites personnes. Heureusement, les constructeurs font beaucoup de progrès en matière de radars de stationnement et de freinage d’urgence.