K’Asq : des écouteurs sans-fil made in France

Après avoir rencontré le succès avec la plus petite clef USB-3 du marché, la société PKparis diversifie de nouveau son catalogue en commercialisant depuis le 21 juin 2016 des écouteurs sans-fil compatibles Bluetooth. Disponible pour 129 euros, ces écouteurs promettent une ergonomie anti-chute à toute épreuve, une étanchéité qui résiste à la transpiration et à la pluie, une autonomie allant jusqu’à 5 heures et enfin, une qualité sonore défiant la concurrence. Notre verdict.

pkparis-k-asq-black-ga

Petits mais costauds ?

C’est au sein d’un packaging simple que nous pouvons découvrir les écouteurs sans-fil K’asq. Si l’on regrette un message sur les qualités du produit peu visible au premier abord, son contenu est quant à lui plus séduisant. En effet, lors de l’achat, les écouteurs sont livrés avec tout une gamme d’accessoires pour vous permettre une personnalisation ainsi qu’un meilleur confort lors de l’usage au quotidien du K’asq. Un bon point qui n’est d’ailleurs pas sans nous rappeler les écouteurs RHA S500i que nous avions testés il y a quelques mois.

k-asq-packaging
On aurait aimé un message plus frappant sur le sans-fil et l’autonomie…
kasq-packaging-content
En noir ou en blanc, la gamme d’accessoires varie un peu, mais reste généreuse

Une bonne prestation acoustique !

Les principales caractéristiques que recherchent les utilisateurs d’oreillettes résident dans la qualité du produit (résistance, ergonomie) mais également la restitution sonore. Attardons-nous tout d’abord sur ce second point. PKParis revendique une prestation acoustique haute-fidélité, certifiée par le label Augmented Acoustics Lab au titre de 4 étoiles sur 5, plaçant ainsi le K’asq non loin des performances des autres marques de ce segment (Samsung Icon X). De ce côté là effectivement, après plusieurs heures d’écoute les oreillettes offrent une agréable qualité d’écoute avec un bon équilibre entre les graves et les aigus. Sans abuser sur les basses, le son dispose d’une bonne profondeur qui vient conforter l’utilisateur dans un sentiment de confinement. Aussi bien destiné pour un usage sportif que citadin, ce cloisonnement est rendu possible grâce à un système anti-bruit propriétaire passif et permet une réduction jusqu’à 40% des nuisances sonores externes. Pour peu que l’on utilise le bon adaptateur pour son oreille, les écouteurs nous isolent presque autant que des intra-auriculaires. Le frottement du fil en moins. Pas mal du tout ! Côté autonomie, comptez 5 heures en écoute continue ou appel téléphonique, auxquelles viennent s’ajouter les 8 heures à accumuler dans le boitier de recharge. Soit un total de 13 heures d’autonomie.

Une ergonomie perfectible

Si nous lui préférerons sa version noire à sa version blanche, l’aspect de K’asq se révèle finalement peu discret et donne l’impression de porter ces grosses oreillettes Bluetooth… L’exercice se révèle difficile lorsqu’il s’agit de rendre autonome des écouteurs. La faute à un dispositif qui nécessite non seulement des batteries mais qui peut aussi et comme dans le cas présent intégrer des commandes de volume et lecture. Si ce choix semble tout à fait justifier sur le papier pour permettre à l’utilisateur de garder un contrôle sur ses appels ou sur sa liste de lecture, dans la pratique nous aurions préféré du tactile. Explications.

kasq-mat-grey-ear-adapter
L’excroissance sert pour le maintien dans l’oreille

kasq-in-ear
Un peu déroutant à positionner au départ

Tout d’abord, notons que K’asq dispose de multiples adaptateurs à fixer sur ses extrémités afin de trouver la paire d’embouts adaptés à votre oreille. Si cela confère un bon maintien dans celles-ci, il faut s’y reprendre à plusieurs fois au départ afin de trouver la position idéale au début. D’ailleurs, on notera une légère douleur à la longue. Pas franchement gênante, mais toutefois présente. Si les écouteurs disposent de commandes pour augmenter/diminuer le volume ainsi que couper/activer la lecture/appel, dans la pratique, les boutons présents autour des oreillettes sont assez durs et nécessitent une pression assez forte pour s’actionner. Mieux vaut le faire d’ailleurs en maintenant l’ensemble entre ses doigts, au risque de voir l’une des oreillettes se déloger et finir par terre… Dommage. Il faut dire que K’asq se place sur un nouveau segment et peu concurrencé pour le moment. À titre de comparaison, si nous préférerons le design et l’ergonomie proposée par les écouteurs Samsung Gear IconX (boutons tactiles), l’utilisateur devra débourser 100 euros de plus que pour K’asq. Il convient donc de savoir la prestation que l’on souhaite en fonction du budget à investir. K’asq nous semble proposer un bon compromis de ces critères. Le système de charge est original. Il suffit en effet de venir positionner les oreillettes dans le sens indiqué, de s’assurer que les connecteurs sont bien face, puis de refermer le boitier pour activer la charge. On regrette cependant un cable USB certes présent mais court ne facilitant donc pas toujours son positionnement sur une surface. D’ailleurs, on vous décourage de tirer sur ce câble, car non, il n’y a pas de rallonge… Nous en avons fait les frais… En somme, PKParis propose ici un produit vraiment convaincant sur la prestation auditive, mais toutefois perfectible dans son design. Cela gagnerait à être plus discret à l’instar des Samsung Gear IconX.

pk-k-asq-dock
Le système de charge est élégant

pk-k-asq-charge-usb
Attention, il n’y a pas de rallonge de câble…

Notre avis

8.0
Disponible pour 129 euros, les oreillettes sans-fil Bluetooth K'asq par PKParis se révèle être une solution intéressante. Si nous lui reprocherons un look pas très discret et une ergonomie perfectible, la qualité auditive et l'autonomie sont au rendez-vous. Et cela tombe bien, car c'est ce que l'on attend en règle générale de prime abord pour ce genre de produit.
33 Avis d'utilisateur
Notre Avis 8.0

Les plus

La restitution sonore, l'autonomie, les accessoires fournis.

Les moins

L'ergonomie, un câble usb un peu court

Commentaires