Les Aventures Voyage d’Arlo

La sortie d’un nouveau Pixar est toujours un évènement, et le petit dernier en date, Le Voyage d’Arlo, ne fait évidemment pas exception à la règle. Après le bon (et un peu controversé) Vice Versa, Pixar nous plonge donc dans la préhistoire, avec ce long métrage qui remet en cause la catastrophe cataclysmique qui a bouleversé la Terre et provoqué l’extinction des dinosaures. C’est ainsi qu’Arlo, jeune Apatosaure au grand cœur, maladroit et craintif, va faire la rencontre et prendre sous son aile un étonnant compagnon : un petit garçon sauvage, très dégourdi, prénommé Spot.

Voyage-Arlo

Il faut le savoir, le film démarre assez mollement, et le studio prend le temps de poser le contexte, avec une certaine humanisation de la famille d’Arlo (qui tient une ferme, oui oui), si bien que l’on remarque rapidement que Pixar a décidé d’inverser la mouvance, avec des dinosaures à caractère humain, et au contraire des humains aux agissements très primitifs. Bien vu ! L’ambiance est plutôt bon enfant, mais rapidement le scénario va poser ses bases après un certain évènement (certains penseront forcément au Roi Lion…), et le voyage d’Arlo (au sens propre) va réellement débuter après une bonne vingtaine de minutes durant lesquelles on se demande un peu où le réalisateur souhaite nous emmener.

Certains décors arrachent littéralement la rétine...
Certains décors arrachent littéralement la rétine…

Le jeune et peureux dinosaure va donc se lancer à la poursuite du jeune humain Spot, ce qui va évidemment le conduire à diverses situations plus ou moins dangereuses… et plus ou moins drôles. Arlo est en effet maladroit, très maladroit même, et si les plus jeunes riront encore à sa douzième chute, l’adulte commencera forcément à pousser un petit soupir… De son côté, le jeune Spot bénéficie d’un traitement plus réussi, moins stéréotypé, et on finit par davantage s’attacher à ce petit homme sauvage, qu’au héros du film. Si certaines scènes sont très réussies, d’autres étonnent de par leur longueur, ou même leur furieux manque d’intérêt (les baies…)…

Voyage-Arlo
Bizarrement, le Voyage d’Arlo fait penser à plusieurs reprises à un autre dessin animé de Disney, Le Roi Lion… Dans cette scène par exemple, on jurerait voir les ancêtres des fameuses hyènes…

Evidemment, l’aventure va permettre à Arlo de rencontrer divers personnages, là encore plus ou moins attachants. De bonnes rencontres donc, mais aussi les indispensables « méchants » de l’histoire, qui manquent malheureusement cruellement de charisme, et on est bien (biiiiiiien) loin d’un Scar pour ne citer que Le Roi Lion, dont s’est vraisemblablement beaucoup inspiré ce dernier Pixar. Le Voyage d’Arlo se veut donc un voyage initiatique, qui repose sur l’amitié naissante entre un dinosaure et un humain, et qui véhicule de nombreuses (et nobles) valeurs, mais à vrai dire, on aurait peut-être préféré « Les Aventures d’Arlo » au « Voyage d’Arlo ».

Voyage-Arlo

En effet, même si l’ensemble est plutôt mignonnet (trop même), cela manque parfois cruellement de rythme et de péripéties, et contrairement à la majorité des Pixar, seuls les plus jeunes seront scotchés à l’écran, amusés par ce dinosaure à la fois maladroit et attachant. Les plus grands n’accrocheront peut-être pas à la trame, mais resteront néanmoins devant l’écran pour une autre raison : la beauté juste hallucinante de certains décors, d’un réalisme absolument bluffant. Visuellement, on prend (avec plaisir) une immense claque, notamment au niveau des paysages et de certaines séquences très poétiques. Une beauté qui invite irrémédiablement à l’aventure, mais qui contraste aussitôt avec le rythme très posé et enfantin de ce Voyage d’Arlo… limite frustrant par moments pour les grands enfants que nous sommes.

Au final, ce Voyage d’Arlo laisse un arrière-goût de mitigé, non pas que l’ensemble soit mauvais, pas du tout, mais on regrette un film finalement très classique, très plat, qui manque un peu d’originalité et de folie contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer de ce mélange entre Denver et Jurassic Park, et dont la bande-annonce promet « une aventure extraordinaire« . L’ensemble déborde de bons sentiments (la famille, l’amitié, le courage…) et la fin parvient même à nous tirer une petite larmichette, mais il manque ce grain de folie et le fameux « second effet Pixar » que l’on retrouvait notamment dans Wall-E par exemple. Bref, si vous avez aimé Dinosaure, Les Croods, et si vous avez aimé L’Age de Glace ou encore Le Roi Lion… et ben nous aussi on a bien aimé.

Le Voyage d’Arlo sera disponible en Blu-Ray/DVD le 6 avril prochain.

Notre avis

7.0
Moins inspiré, plus simple et plus convenu qu'un "vrai Pixar" avec ses bons sentiments (courage, famille, amitié...), Le Voyage d'Arlo séduira davantage les petits que les grands, qui seront happés par cette aventure, qui manquent un peu d'originalité et de folie selon nous. Les adultes seront toutefois époustouflés par la qualité des paysages, d'un réalisme juste exceptionnel. De quoi en prendre littéralement "plein la gueule", malgré une histoire un peu mollassonne et qui manque (un peu) d'inspiration il faut l'admettre.
4 Avis d'utilisateur
Notre Avis 7.0

Commentaires