Accueil»Jeux vidéo»Test Death Stranding : GOTY or not GOTY ?

Test Death Stranding : GOTY or not GOTY ?

Death Stranding à l’heure du test !

En gestation depuis la fin d’année 2015 et annoncé lors de l’E3 2016 de Los Angeles à l’occasion de conférence de Sony. Le mystère autour de Death Stranding a fait monter la type autour du nouveau du titre du papa des Metal Gear Solid, notamment à cause de sa thématique et de son casting aussi impressionnant que qualitatif. Qu’en est-il de la nouvelle production d’Hideo Kojima ? Réponse dans notre test complet de Death Stranding !

Test Death Stranding GOTY

Cet article ne dévoilera pas toutes les mécaniques, ni les idées scénaristiques du jeu, en effet le jeu mérite d’être découvert par le joueur lui-même. Les lignes qui suivront seront donc volontairement incomplètes dans le but de préserver le mystère autour de Death Stranding. Le thème principal du jeu s’inspire du cetacean stranding et du beaching, 2 termes en anglais désignant l’échouage des mammifères marins. Des entités du monde des morts, parfois appelé Hadès mais aussi « l’autre côté », viennent s’échouer dans le monde réel sur la Terre, c’est le Death Stranding.

Test Death Stranding GOTY

Après cet étrange événement surnaturel, l’humanité est réduite à quelques dizaines de milliers d’individus vivant dans des abris, la Terre étant désormais hantée par des créatures spectrales, nommées « les échoués ». Sam Porter Bridges voyage dans ces terres hostiles pour livrer vivres et appareils aux derniers survivants. Au Death Stranding s’ajoutent de nombreux effets paranormaux. L’un d’entre eux est nommé Timefall, ce dernier est une pluie qui provoque un vieillissement accéléré chez les êtres humains.

La race humaine est donc au bord de l’extinction. Notre héros devra donc tenter de trouver une solution pour sauver le monde, et réunir les humains pour former les « United Cities Of America », et donc survivre à ce monde devenu hostile. Dès les premières minutes, on se sent un peu perdu, en effet le scénario est très mystérieux et torturé. Au fil des heures de jeu, on comprend mieux les tenants et les aboutissants de l’univers de Death Stranding. L’histoire est très bien écrite et révèle sa saveur dans le dernier tiers de le progression. La mise en scène, la narration est de très grande qualité. Bien aidé par le casting XXL du jeu, Norman Reedus, Mads Mikkelsen, Léa Seydoux, Margaret Qualley et Guillermo del Toro sont les têtes d’affiche. Du tout bon.

Test Death Stranding GOTY

Make America Great Again

Le gameplay se décompose en plusieurs parties, le transport de ressources est une partie très importante du jeu, en effet Death Stranding est une sorte d’UPS en jeux vidéo. Il faudra donc tout au long de ce voyage, livrer des cargaisons d’un point A à un point B, dit comme ça, on pourrait penser que l’expérience de jeu se limite uniquement à des quêtes Fedex.

En effet pris grossièrement, cette dernière peut être rébarbative et pourtant au fil de la progression, on y prend goût à notre métier de livreur. L’œuvre nous encourage à la jouer stratégique, à planifier chaque passage en fonction de la topographie, du matériel à disposition du joueur et des différentes constructions qui pourront faciliter notre passage.

Test Death Stranding GOTY

Le deuxième aspect du gameplay est l’aspect survival-horror, ce dernier concerne les phases où des « échoués » sont de la partie. Stressants et grisants, ces passages sont plutôt bien retranscrits dans l’absolu, ce qui peut gêner c’est la gestion de la respiration et le « bébé » qui nous accompagne durant tout notre périple. Le bébé est un élément de gameplay important, il permet de repérer les « échoués » et de les localiser afin de les éviter. Il faudra en prendre soin.

Évidemment, les phases à pieds sont nombreuses et font partie de l’expérience que propose le nouveau titre d’Hideo Kojima. Des véhicules sont aussi à notre disposition après plusieurs heures de jeu. Motos, voitures et autres seront là pour faciliter vos livraisons. La conduite peut être chaotique par moment en raison du dénivelé et des rochers présents un peu partout sur votre chemin. Les constructions ont aussi leur importance capitale dans l’aventure.

En fonction des ressources à votre disposition, vous pourrez construire des structures comme des autoroutes, des abris et une palanquée d’autres édifices, ces dernières faciliteront votre déplacement sur les différentes maps qui composent le monde dévasté de Death Stranding. Et enfin la dernière composante, l’aspect TPS/infiltration, dans l’absolu, on peut éviter l’affrontement contre les factions ennemies mais pas contre les boss. Les phases en TPS ne sont pas à la hauteur du reste du titre, tantôt brouillonnes, tantôt bancales, on ne saurait que trop vous conseillez d’éviter le combat si vous le pouvez.

Le boulevard de la mort

Niveau difficulté, il est possible de choisir entre quatre modes de difficulté, très facile, facile, normal et difficile, notez qu’il est possible de changer ce paramètre à la volée à tout moment de l’aventure. Le soft se décompose en une dizaine de chapitre, Death Stranding est très long, peut-être un peu trop d’ailleurs. Comptez entre 40 et 50 heures pour boucler le dernier né de Kojima Productions, beaucoup de quêtes annexes sont disponibles, allant de la simple quête de livraison à la livraison farfelue.

Test Death Stranding GOTY

Une tonne d’équipement sont à disposition des joueurs, grenades spéciales, armes, etc… La montée en niveau se fait via l’accomplissement d’objectifs principaux et secondaires, ces dernières feront monter en niveau de réputation de livreur, au fur et à mesure de notre périple, notre héros pourra porter plus de cargaison.

Attention à bien répartir les différentes livraisons et équipements que vous transporter, puisque que ces paramètres pourront grandement gêner dans le gameplay. Un multijoueur est accessible, très intelligemment intégré à l’expérience solo, en effet ce mode en ligne est très important puisque chaque construction des joueurs vous permettra de faciliter vos déplacements. Par exemple un début d’autoroute déjà à moitié bâtie par vos soins pourra se transformer en énorme autoroute quelques heures plus tard, les joueurs peuvent apporter leur contribution. C’est l’un des gros points forts de Death Stranding, on vous conseille de l’activer dès le début du jeu.

Test Death Stranding GOTY

On a tous besoin d’Hideo

Graphiquement le jeu est très beau, surtout au niveau de la modélisation des visages. En effet le Decima Engine, le moteur du studio hollandais Guerrilla déjà à l’œuvre sur Killzone : Shadow Fall, Until Dawn et Horizon Zero Dawn fait des merveilles. Kojima a brillamment utilisé ce dernier pour rendre Death Stranding le plus photo réaliste possible. Les acteurs sont remarquablement bien modélisés. Les effets de lumières sont divins. Chaque paysage est un tableau pour la rétine et se savoure avec plaisir, et même parfois avec gourmandise.

Niveau fluidité, aucuns soucis à noter même sur PS4 classique, le titre est vraiment joli et totalement fluide de bout en bout. Sur PS4 Pro, l’impression de beauté est décuplée surtout un bel écran Ultra HD en HDR. Un régal.

Test Death Stranding GOTY

Chaque composition musicale livre son lot d’émotions. La qualité de la bande son est incroyable, elle est composée par la même personne que celle de Metal Gear Solid V : Ground Zeroes et Metal Gear Solid V : The Phantom Pain. C’est le suédois Ludvig Forssell qui s’en charge. Chaque paysage accompagné d’une composition musicale est une bénédiction pour les oreilles.

La version française est de très grande qualité, les doubleurs officiels de chaque acteur est présent. Les doubleurs jouent parfaitement le jeu, et chaque ligne de doublages est très réussies. Côté version original, en anglais donc, elle est aussi exquise que son homologue français.

Notre avis

8.0
Le nouveau bébé d’Hideo Kojima ne fera pas l’unanimité c’est sûr. Ce qui est certain c’est que la nouvelle exclusivité de Sony ne laissera pas de marbre. L’ignorer, ce serait passer à côté d’une véritable œuvre, une vision d’artiste hors norme, d’une qualité rare. Un jeu doté de qualités énormes comme son casting, son rendu visuel et sonore mais aussi et surtout son histoire. Une aventure touchante de bout en bout, poignante et stressante par moment. Kojima réussit là son œuvre la plus aboutie scénaristiquement parlant. Malgré ses très bons côtés, Death Stranding peut poser problème dans son principe de jeu, redondant et lent à démarrer. Mais aussi dans son aspect TPS et ses soucis de collisions. Death Stranding est une œuvre à essayer, une expérience incroyable qui réussit le paris de se hausser au niveau des meilleurs films de ces dernières années. Vous n’en sortirez pas indemne.
64 Avis d'utilisateur
Notre avis concernant Death Stranding 8.0

Les plus

Le casting incroyable, la VF et la VO au top, un jeu original, l’aspect cinématographique, une écriture d’une finesse inégalée, l’histoire et la narration incroyables, la bande-son, durée de vie très solide, le héros très charismatique, gameplay profond, l’atmosphère pesante, un multijoueur intelligent.

Les moins

Le principe du jeu peut rebuter, l’aspect quêtes fedex, quelques soucis de collisions, les combats en TPS pas terribles, un peu trop long.