Accueil»Jeux vidéo»Test Cult of the Lamb : un mélange des genres (très) habile

Test Cult of the Lamb : un mélange des genres (très) habile

Développé par Massive Monster et publié par Devolver Digital, Cult of the Lamb, sorti le 11 aout 2022 est un roguelite d’action qui mélange habilement les genres. Il raconte une histoire autour de la mort, de la fratrie mais surtout avec une dimension sectaire aussi géniale que dérangeante. Entre choix éthiques et moraux, Cult of The Lamb est un jeu qui vous impose sans cesse d’être bon, mauvais, sadique voire masochiste ou responsable et bienfaiteur. C’est parti pour le test complet de Cult of the Lamb !

© Massive Monster / Devolver

Cult of the Lamb, un concept unique

Il existe pléthore de roguelite sur le marché mais très peu osent sortir du cadre sauf quand il s’agit de Devolver Digital qui n’hésite jamais à prendre des risques et signer des jeux plutôt alternatifs et déjantés dirons-nous. Qui se souvient de la série d’animation pour adulte appelée « Happy Tree Friends » diffusée entre 1999 et 2006 ?

Cult of The Lamb utilise quasiment la même recette avec des animaux anthropomorphe au dessin joli et mignon mais on comprend très vite que leur avenir devient plutôt violent et barbare sous couvert de sciences occultes.

Jouabilité et mélange des genres

Quand on commence Cult of The Lamb, on imagine un roguelite classique où il est nécessaire de visiter plusieurs fois les mêmes régions générées aléatoirement pour récupérer du loot et améliorer son personnage. C’est plutôt le cas mais les développeurs ont eu cette idée farfelue mais pour le moins géniale d’y ajouter une dynamique de gestion de village qui rend l’expérience absolument unique et par la meme occasion, très addictive.

© Massive Monster / Devolver

Sans dévoiler l’intrigue qui serait contre productif dans la rédaction de notre test, vous aurez la responsabilité de recruter des fidèles, de leur faire adhérer à votre secte, de vous prêter allégeance et vous rendre plus puissant afin de contrer votre propre mort.
Nous avons rarement posé les mains sur un jeu qui mélangeait autant les genres. Le premier lancement vous donne l’impression d’évoluer dans Binding of Isaac avec son ambiance noire, ses zones rectangulaires qui se suivent et tous les ennemis qui s’excitent à l’écran. Le gameplay n’est pas révolutionnaire d’ailleurs mais très efficace.

Vous avez dit Animal Crossing ?

Cult of The Lamb n’est donc pas un roguelite comme les autres. Quand vous ne serez pas à l’assaut des zones et des boss à travers les 16 runs nécessaires pour finir le jeu, vous allez devoir gérer votre secte. Cela passera par la gestion des ressources, la création de ferme afin de collecter des ingrédients afin de nourrir vos fidèles. Vous aurez aussi à nettoyer votre parcelle de terrain (au début car vous pourrez ensuite déléguer) et collecter les prières de votre peuple afin de devenir plus fort. Un petit côté Animal Crossing ?

Le gameplay parait simple mais possède une curieuse profondeur que l’on ne perçoit pas au début. On comprend la recherche du détail quand on appréhende pour la premiere fois les arbres de compétences. Le premier au sein de votre culte qui permet d’améliorer votre « exploitation » et le deuxième au sein de votre « église » qui permet d’améliorer votre personnage. Les arbres de compétences et notamment le premier servira surtout à automatiser votre secte afin de ne plus avoir qu’a collecter les prières et vous occuper de vos villageois c’est à dire, leur offrir des cadeaux, les soudoyer, les féliciter… Ou les supprimer pour le bien de la communauté.

© Massive Monster / Devolver

A chaque début de run, vous aurez des armes et malédictions aléatoires, influencées par vos choix de compétence. Le comportement est typique du roguelite, c’est rapide, la glissade latérale est efficace 98% du temps et les coups d’épée (pas que) partent dans tous les sens. On apprécie améliorer ses runs grâce au vendeur de cartes magiques. Au nombre de 36, certaines à acheter et d’autres à récupérer au fil du jeu, le deck apporte des pouvoirs spécifiques et vous permet même de déjouer votre propre mort… Vous comprendrez comment…

Toujours dans cette idée de mélange des genres, vous évoluerez entre les zones comme dans un Zelda Link Awakening avec des régions intermédiaires tout simplement inspirées du système d’évolution de Slay The Spire. Vous devrez choisir entre une région avec forcément des ennemis ou des ressources, aléatoire ou avec un magasin. Sans modifier drastiquement votre évolution, cela ajoute un peu de profondeur mine de rien.

Direction artistique

C’est simple, Cult of The Lamb est un des plus beau jeu dans cette catégorie. Hades est à nos yeux, le plus beau mais dans sa direction artistique et la cohérence de l’ensemble, le jeu de Massive Monster nous emporte facilement dans son univers. Entre le cycle jour/nuit, les zones aléatoirement générées toujours réussies, le design (personnalisable) de vos fidèles et même le choix sonore, vous pouvez être sur d’accrocher. L’interface mérite aussi notre attention tant son articulation est bien pensée et logique.

En revanche, on a vite fait le tour des personnages et du bestiaire qui finalement est toujours le même. De même pour les patterns des boss et des ennemis en générale. Tout semble assez similaire et provoque un certain ennui au bout d’un moment. En clair, une fois la première zone terminée, on aura aucune surprise ni aucun sentiment de découverte avec les suivantes, sauf avec le système de biome qui passe de l’aquatique vers la foret en passant par les catacombes.

Les personnages rencontrés oscillent intelligemment entre l’humour noir et les requêtes qui feront avancer l’histoire. Les sons émis en guise de voix ne manqueront pas de vous faire rire tant ils sont absurdes.

Quand il fait nuit, c’est une ambiance à la Hollow Knight qui s’installe. Gérer son village de fidèles avec la dimension ressources, la gestion de la faim, la construction des bâtiments donnent très vite une impression de jouer à Stardew Valley mais sans jamais plagier. Cult of The Lamb manie les genres et les expériences avec brio. Vous sentirez même l’Aura d’un certain Gwent quand vous jouerez en un contre un lors d’une partie de Knucklesbone.

La bande sonore est solide, quoique parfois répétitive. Les choix collent bien avec les zones et participent à rendre l’ensemble cohérent. La direction artistique est clairement le point fort du jeu et le soin apporté mérite à lui seul le coup d’œil.

Notre avis concernant Cult of the Lamb

Cult of The Lamb brille sa direction artistique phénoménal. La jouabilité est vraiment fun et le scénario, par sa bizarrerie mais aussi par son déroulement simple et solide nous emporte dans son univers. On apprécie l’humour noir et le challenge que propose le jeu. On regrette que les développeurs n’aient pas poussé certaine mécanique de jeu plus loin et nous laisse parfois sur notre faim. Si vous cherchez un jeu rafraichissant avec un mélange des genres si savamment réussi, on vous conseille vivement l’expérience que propose Cult of The Lamb.

Cult of the Lamb

8

Notre avis

8.0/10

On aime

  • Concept unique et rafraichissant
  • Direction artistique et les animations
  • Jouabilité simple et efficace
  • Addictif

On aime moins

  • Un peu répétitif
  • Des bonnes idées mais manque de profondeur
  • On aurait aimé une gestion plus poussée