Accueil»Jeux vidéo»Test Contra Anniversary Collection : plus c’est dur, plus c’est bon ?

Test Contra Anniversary Collection : plus c’est dur, plus c’est bon ?

Le plein de Contra pour moins de 20 euros !

Quelques semaines après un Castlevania Anniversary Collection très concluant, Konami remet déjà le couvert, avec une compilation similaire, réunissant cette fois divers opus de la saga Contra (ou Probotector chez nous). Au total, ce sont 10 jeux qui sont proposés ici, avec en prime (via la récente mise à jour), la possibilité d’accéder à certaines versions japonaises, en plus des versions EU et US déjà incluses.

En effet, peut-être ne le savez-vous pas, mais Probotector en Europe mettait en scène des robots de combats, quand Contra permettait d’incarner… des humains. Ainsi, les versions US et EUR des opus Super Nintendo et MegaDrive (pour ne citer qu’elles) comptent de sérieuses différences visuelles, cela essentiellement pour une simple question de censure, déjà à l’époque.

Contra Anniversary Collection

Concrètement, ce Contra Anniversary Collection permet notamment de renouer avec la base, à savoir la version arcade de Contra. A cela s’ajoute la suite, Super Contra, sans oublier les versions NES et Famicom de Contra. On y retrouve aussi Super C, Contra III The Alien Wars, ainsi que son pendant européen Super Probotector Alien Rebels, sans oublier Operation C (sur GameBoy) et Contra Hard Corps/Probotector sur MegaDrive.

Comme Castlevania, mais avec du Contra dedans

Ceux qui ont déjà pu jouer à la compilation Castlevania ne seront pas dépaysés, puisque l’interface est parfaitement identique ici. On retrouve le même système de sélection de jeux, sans oublier un menu pour chaque jeu (via la touche L2) qui permet de sauvegarder la partie, de charger, ou d’accéder à diverses options d’affichages. Le fin du fin étant non seulement le Pixel Perfect (avec ou sans scanlines), mais aussi la possibilité de remapper les touches, pour inverser notamment les commandes de tir et de saut.

Contra Arcade

Comme c’était déjà le cas avec la compilation Castlevania, ce Contra Anniversary Collection propose également un livre bonus numérique rempli à craquer de tonnes de documents de conception et de croquis, la chronologie officielle de la franchise, une interview exclusive avec le producteur de la série…

Alors certes, les opus Arcade et NES accusent quand même un sérieux coup de vieux, mais c’est surtout la difficulté globale qui risque de rebuter plus d’un joueur… Certains vont en effet perdre les trois vies en l’espace de quelques dizaines de secondes à peine… de quoi briser quelques espoirs et quelques manettes. La sauvegarde rapide peut grandement aider la progression, mais il faudra ici retrouver ses réflexes d’antan, et anticiper les nombreux pièges pour rester en vie.

Contra Arcade

On peut évidemment jouer à deux sur une seule et même TV (c’est même grandement recommandé), pour multiplier le plaisir. Certes, on peut toujours penser que l’ensemble aurait pu être encore plus abouti, encore plus léché, mais force est d’admettre que cette compilation est plutôt très bien conçue globalement, avec les options indispensables à tout rétrogamer qui se respecte.

Notre avis

7.5
Avec Contra Anniversary Collection, les joueurs vont se rappeler aux bons, mais douloureux souvenirs de ces jeux d'action emblématiques des années 80/90. Si la nervosité est toujours au rendez-vous, avec quelques affrontements épiques (aaaaah le premier boss Tortue de Contra III), la difficulté est elle aussi bien présente, et les morts se multiplient à la vitesse grand V... même en easy. Il faudra donc vite retrouver ses réflexes d'antan pour espérer venir à bout de Super Probotector, du tout premier Contra, ou même du très exigeant Contra Hard Corps sur MegaDrive.
8 Avis d'utilisateur
Notre Avis 7.5

Les plus

Des jeux toujours aussi nerveux. Au top, seul ou à deux. La sauvegarde rapide. Le Bonus Book. Les versions japonaises, US et européennes.

Les moins

Une difficulté parfois (très) frustrante... L'interface un peu figée. Les commandes par défaut (que l'on peut heureusement modifier).