Accueil»Jeux vidéo»Test Dead Rising 4 : le Dead Rising pour les Nuls ?

Test Dead Rising 4 : le Dead Rising pour les Nuls ?

Le Dead Rising "Pour les Nuls" ?

Frank West is back !

Du côté de chez Microsoft, cette fin d’année 2016 est marquée par le retour de la saga Dead Rising, avec un quatrième opus toujours développé par Capcom Vancouver, et qui permet aux joueurs de retrouver ce cher Frank West, héros emblématique du tout premier épisode (paru en 2006). Après un troisième opus très controversé, Capcom revient donc aux origines de la saga, avec non seulement le héros fétiche, mais également la ville de Willamette, en proie à une nouvelle apocalypse zombie, le jour du Black Friday.

test dead rising 4 xbox one




En guise de prologue, on retrouve donc ce cher Frank, joliment relooké pour l’occasion (et qui profite de la voix de Sly en VF), en plein cauchemar. Un cauchemar qui va notamment permettre de prendre en mains quelques-unes des nombreuses armes combos de cet opus, puisqu’il faudra décimer des hordes de zombis pour se tailler un passage vers une vision diabolique de ce même Frank. Pour la petite histoire, 10 ans après les faits survenus à Willamette, Frank West n’a pas réellement connu le destin héroïque auquel il aspirait, et est désormais professeur dans une université, qui va, un peu forcé par l’une de ses élèves, devoir revenir à Willamette pour enfin faire toute la lumière sur cette sordide affaire.

Visiblement conscients des erreurs commises avec Dead Rising 3, les développeurs de ce quatrième opus ont donc décidé de revenir à un style rappelant le premier épisode de la saga, avec un penchant nettement plus « fun », bien aidé par les nombreuses répliques cinglantes de l’ami Frank. On retrouve également de nombreux déguisements et armes loufoques, sans oublier bien sûr de nombreux clins d’oeil aux autres univers Capcom (Megaman, Street Fighter, Captain Commando…). L’appareil photo est bien de la partie, et on pourra donc gagner de précieux PP en réalisant les clichés les plus originaux. On peut également prendre de précieux selfies ici, en modifiant au passage les expressions de Frank pour réaliser le cliché parfait. Excellent.

dead-rising-4-frank-west

Un fun que l’on retrouve également au niveau des armes donc, avec toujours la possibilité de créer armes et véhicules combos, mais également un inventaire nettement plus efficace qu’auparavant, avec la possibilité d’opter rapidement pour l’arme de corps à corps, celle pour le combat à distance et les armes de lancer. Une pression sur la touche Bas permettra de régénérer sa santé via une boisson, un burger, un cachet d’aspirine, une bouteille de vodka… Globalement, la nouvelle interface est impeccable, et on peut ainsi passer en un éclair d’une arme de corps à corps à sa mitraillette, tout en lançant une grenade dans le tas de zombies en contrebas. A terme, le nouvel inventaire va permettre de stocker 6/7 armes d’assaut, 6/7 armes de corps à corps, 6/7 armes de lancer, et même 6/7 items de santé.

A première vue, ce Dead Rising 4 se rapproche très largement de ce que proposait le tout premier opus (et c’est tant mieux !), mais on repère rapidement une difficulté très nettement revue à la baisse, histoire sans doute de convenir au plus grand nombre. Ainsi, si les néophytes qui ne sont jamais parvenus à avancer dans les opus précédents pourront enfin progresser ici, les habitués de la saga, regretteront rapidement ces armes combos ultra-puissantes accessibles dès les prémices du jeu, ou encore la très large barre de santé de Frank dès le début là encore, qui permet de se promener en toute quiétude au milieu des zombies, et d’encaisser sans broncher les assauts ennemis. Bien sûr, il faudra garder un oeil sur la jauge, mais à titre personnel, nous avons pu finir ce Dead Rising 4 en un seul run, et sans perdre la moindre vie…

Un Dead Rising pour les Nuls ?

En ce qui concerne la « difficulté » du jeu, on notera également que le timing (propre à la série) n’est pas pris en compte ici, et vous pourrez donc gambader comme bon vous semble entre deux objectifs principaux, pour défourrailer du zombie, découvrir les nombreux bonus cachés, valider les nombreux lieux (commerces, appartements…) du jeu, et ainsi faire gonfler les PP pour acheter de nouvelles compétences. A ce sujet, Frank peut évoluer avec plus d’une centaines d’améliorations, à définir par le joueur. Fini donc le stress lié à l’horloge qui vous imposait de vous rendre à un lieu donné à une certaine heure, sous peine de voir le scénario principal se griser à jamais, et décider par exemple de sauver tel civil au détriment de tel autre. Ici, vous pourrez prendre tout votre temps, sans risquer de manquer le moindre objectif, et c’est un peu dommage finalement.

Dans un même registre, on notera l’absence pure et simple des fameux « pyschos » des opus précédents. Certes, il y a toujours des groupes d’ennemis à abattre, avec un leader un peu plus costaud, mais rien à voir avec les psychopathes du premier opus, qui avaient droit à une cutscene d’intro et de fin, dont certains se manifestaient selon certaines restrictions. Idem en ce qui concerne les survivants, puisqu’il ne sera plus nécessaire d’escorter ces derniers à un quelconque refuge. Il suffira ainsi de décimer les zombies autour d’eux, pour valider leur sauvetage. Bref, on peut dire ici que l’on a un peu à faire avec un « Dead Rising pour les Nuls », ce dernier optant pour une approche beaucoup plus grand public, au grand dam des amateurs des opus d’origine, et de leur difficulté. A noter également que la sauvegarde s’effectue automatiquement ici, exit donc (aussi) le stress lorsqu’il s’agissait d’atteindre la salle de sauvegarde la plus proche avec un petit point de vie…

Néanmoins, outre cette facilité déconcertante, Dead Rising 4 propose une tonne d’éléments à découvrir, à commencer par une nouvelle map assez géniale, avec un gigantesque centre commercial, entouré d’une vieille ville, d’un quartier résidentiel… Au coeur de ce mall à l’américain, on retrouve de très nombreuses boutiques, avec des univers vraiment très différents. Côté bonus, il faudra notamment découvrir des graffitis zombis, des journaux, des podcasts, des téléphones… Bref, il y a de quoi passer quelques dizaines d’heures à fouiller de fond en comble Willamette. A ce sujet, l’ambiance « Noël » est particulièrement géniale, avec de nombreuses décorations visuelles bien sûr, mais aussi une bande-son très « Christmas » assez extraordinaire lorsque l’on navigue dans l’interface ou lorsque l’on prend un véhicule.

En ce qui concerne la section Photo, ce Dead Rising 4 permet évidemment d’immortaliser n’importe quelle scène, pour gagner quelques PP, mais l’appareil photo sera également imposé pour résoudre divers « enquêtes ». Là encore, tout est très simplifié, et il s’agira de prendre en photo les divers éléments demandés, dans une aire de jeu très restreinte. On note toutefois un nouveau mode Nuit sur l’appareil photo, bien pratique pour se déplacer dans la pénombre, ainsi qu’un mode Spectre, permettant de visualiser certaines éléments cachés, comme une combinaison de code sur un coffre ou un trace de doigts pour découvrir un accès à une pièce cachée. Sympa.

dead-rising-4-photo-mode

Côté zombies, ce quatrième opus est évidemment caffi de créatures zombiesques, qu’il s’agira de décimer avec le très lourd arsenal mis à disposition. Le compteur de morts augmente de manière assez phénoménale ici, et certains perdront certainement quelques heures à faire des allers/retours en voiture dans les zones extérieures. On pourra également profiter parfois de l’Exosquelette, une armure bionique (à durée limitée) offrant des pouvoirs cosmiques phénoménaux à Frank West, qui pourra alors attaquer ses ennemis aux poings, mais également profiter d’une immense hache, d’un lance-flammes, d’une sulfateuse, ou encore utiliser certains éléments pour créer des armes nettement plus originales et efficaces. On regrettera en revanche une jouabilité assez rigide, et surtout relativement approximative parfois, avec notamment l’impossibilité de locker un ennemi.

Techniquement, il ne faut clairement pas s’attendre à une quelconque claque visuelle avec ce Dead Rising 4. Certes, le nombre de zombies à l’écran est parfois impressionnant, mais l’ensemble reste quand même relativement basique. Certains effets sont plutôt réussis, mais on remarque rapidement un peu de clipping (plus ou moins d’ailleurs selon les endroits), mais aussi (et surtout) de nombreux petits bugs techniques, avec notamment des zombies qui traversent les murs, des survivants qui ne semblent pas noter notre présence et autres objets qui disparaissent. Durant notre test, nous avons également été confrontés à des bugs qui empêchaient littéralement la progression, avec des quêtes alors impossibles à valider… gageons qu’un patch viendra corriger cela. On notera également des PNJ bien laids dans l’ensemble, mais qui permettront néanmoins d’acheter des objets dans les différentes Safe Zones du jeu. Globalement, on retrouve un look plus proche du premier opus, avec un gameplay relativement nerveux dans l’ensemble, et nettement mois lourd que dans Dead Rising 3. Les véhicules sont toujours de la fête ici, mais il faudra s’accommoder d’une conduite ultra-rigide. Enfin, le jeu se risque à proposer quelques phases d’infiltration, mais entre le gameplay rigide et l’IA ennemie aux fraises, on a vite fait de foncer dans le tas.

Si les environnements sont plutôt nombreux, avec également de nombreux intérieurs à visiter, on regrette également la multitude d’objets à récupérer parfois (via la touche B), trop proches les uns des autres, avec un Frank West qui semble peiner comme jamais à cibler l’élément que l’on souhaite récupérer. Il vous arrivera ainsi souvent de récupérer la poêle à frire, le donut ou le nain de jardin sur la table, plutôt que cette énorme épée qui traîne à côté. Bref, il est évident que ce n’est pas techniquement que ce Dead Rising 4 va charmer les joueurs, mais bien par l’ambiance générale qu’il dégage, un fun omniprésent, et les nombreux bonus à collecter.

Côté durée de vie, ce Dead Rising 4 permettra de passer entre 20 et 30 heures pour qui souhaite récolter les nombreux bonus disséminés aux quatre coins de la map. On pourra également passer du temps à éradiquer quelques centaines de zombies (en voiture notamment), ou même tenter d’accomplir les nombreux défis du jeu (photo, survie, bagarre, multijoueur…). Toutefois, si l’on se contente de la trame principale (ce qu’on déconseille fortement), on parvient à plier ce quatrième opus en une dizaine d’heures à peine, bien aidé qui plus est par une difficulté très (trop) largement revue à la baisse, avec un Frank West qui parait littéralement invincible, et ce, dès les premières minutes de jeu, sans oublier un arsenal ultra-puissant et accessible directement auprès des boutiques.

Enfin, concernant la section multijoueur, soulignons que ce Dead Rising 4 ne dispose pas d’un mode coopératif permettant de faire la campagne à plusieurs. En multi, il faudra donc se satisfaire d’un mode permettant d’évoluer avec trois comparses, qui demandera de réaliser divers objectifs en un temps donné, avant de courir vers le refuge le plus proche pour y passer la nuit. Un mode qui plaira sans doute à certains, mais qui s’est très rapidement révélé assez anecdotique en ce qui nous concerne…

Notre avis

6.5
Après un troisième opus décevant, on retrouve la bonne vieille formule pour ce Dead Rising 4, avec un Frank West toujours aussi charismatique, et l'excellente ville de Willamette en guise de terrain de jeu, bercée ici par les chants de Noël. On regrette cependant une difficulté clairement absente, avec un Frank West presque invulnérable, sans compter le côté chronométré qui disparaît, tout comme les psychopathes ou les escortes de survivants. On sent que Capcom a souhaité privilégier le fun, sans risquer d'engendrer la moindre frustration chez le joueur. En résulte un opus plutôt sympathique dans l'ensemble, mais qui pêche néanmoins par un sérieux manque de challenge, et une technique globale assez borderline tout de même. De quoi passer quelques heures à éradiquer du zombie donc, mais les fans du premier opus (de sa richesse et de sa profondeur) risquent néanmoins de s'ennuyer un peu ici.
16 Avis d'utilisateur
Notre Avis 6.5

Les plus

Le retour de Frank West. Willamette en période de Noël. Un arsenal immense. Des tonnes de zombies. La bande-son, extraordinaire. Le second degré omniprésent. Les nombreux bonus à découvrir. La VF bien fichue. Un opus 100% fun.

Les moins

Techniquement assez pauvre. Le manque de challenge. Exit le timing, les escortes, les psychopathes... D'une facilité déconcertante. Le gameplay archi-rigide (et parfois bien approximatif). Ces phases d'infiltration tellement WTF ! Les armes combos accessibles dès le départ. Quelques bugs gênants. Très faible potentiel niveau rejouabilité...