Accueil»High-Tech»Forêts Verticales : une solution contre la pollution en Chine

Forêts Verticales : une solution contre la pollution en Chine

Green Factory

Ce n’est un secret pour personne, la Chine est l’un des pays les plus pollués au monde. Quand un épais brouillard recouvre constamment votre ville, c’est que la situation devient inquiétante. Et ça, le gouvernement l’a bien compris et commence à mettre en place des solutions de secours, à l’image de ces forêt verticales.

 

Ce ne sont pas seulement des tours, mais de véritables ventilateurs d’air pur pour ces villes étouffées par la pollution. Depuis les années 80, la Chine a bénéficié d’un développement économique très rapide, en privilégiant les énergies fossilles (dont le charbon) qui ont contribué à la détérioration de l’environnement, de l’eau et de l’air. La densité de particules dans l’air est telle que certains jours, certains avions ne peuvent pas décoller et la circulation des bus est stoppée. Un calvaire pour les habitants.

Les Forêts Verticales recouvrent totalement les immeubles sur lesquels elles sont implantées : arbres, plantes, et fleurs servent à aspirer la pollution et à produire de oxygène, en plus de verdir le paysage. Ce projet est porté par l’architecte italien Stefano Boeri, qui a dévoilé le design des Nanjing Green Towers, des immeubles prévus pour s’implanter (vous l’avez ?) dans le district de Pukou à Nanjing.

En tout, cela représente 1100 arbres et 2500 plantes grimpantes, censées absorber 25 tonnes de dioxyde de carbone par an et produire 60kg d’oxygène par jour selon les architectes. La firme de Boeri espère finir la construction en 2018, et étendre le projet à d’autres villes chinoises comme Shijiazhuang, Liuzhou, Chongqing et Shanghai. Tandis que la plus haute des Nanjing Green Tower (200m) devrait contenir des bureaux et un musée, la deuxième intégrera un hôtel Hyatt et une piscine sur son toit. Évidemment, des restaurants et autres centres commerciaux vont aussi fleurir au rez-de-chaussée des deux tours. Business is business.