Accueil»Autos»Quand la cybercriminalité inquiète les conducteurs de voitures modernes

Quand la cybercriminalité inquiète les conducteurs de voitures modernes

Depuis quelques années, les voitures connectées permettent de maximiser le confort des conducteurs. Cependant, ce type de technologies évoque certaines interrogatives face à une cybercriminalité en perpétuelle croissance. Quel rapport inquiétant existe-t-il entre ces véhicules et le piratage ? Pourquoi est-il recommandé de télécharger un VPN pour votre sécurité ? Cet article complet répondra à ces questions pertinentes.

L’évolution de la numérisation

Depuis quelques années, l’ensemble des biens et services disponibles suivent une transition technologique évidente. Cette numérisation apporte un confort supplémentaire ainsi que des fonctionnalités novatrices.

iPhone-Xr

nos jours, la majorité des Français est équipée d’appareils ou objets connectés (IoT). Ainsi, les smartphones ou autres montres connectées sont considérés comme « indispensables » d’après de nombreux utilisateurs. Le site Lesnumériques.com évoque ainsi une croissance du marché de l’IoT d’environ 33 % en 2017.

En toute logique, d’autres secteurs se sont vu impactés par cette numérisation prometteuse. Parmi ceux-ci, le marché automobile est sans doute le plus surprenant où de nouvelles fonctionnalités surprennent les futurs acheteurs.

Des voitures connectées pour optimiser le confort des automobilistes

Si les voitures connectées ne cessent d’évoluer avec de multiples options novatrices, celles-ci apportent déjà plusieurs fonctionnalités séduisantes.

Une sécurité optimale

Bien plus qu’un GPS traditionnel, la connexion réalisée entre un smartphone et un véhicule renforce la sécurité du conducteur. En effet, la mise à jour « en temps réel » du trafic environnant (bouchons, accidents, arrivée de véhicules d’urgence…) permet à un automobiliste de mieux réagir face à ces situations particulières. De même, un système européen appelé « e-call » est capable de délivrer un appel automatique aux services de secours en cas d’impact ou si l’utilisateur se retrouve inconscient.

Ford Focus ST 2019

Un transfert d’information instantané

Les véhicules connectés peuvent être démarrés depuis un smartphone. Lors des trajets, le conducteur reçoit des informations instantanées telles que le nombre de places disponibles dans un parking, par exemple. Par la même occasion, des données générées par la voiture peuvent être envoyées à un service d’assurance ou un garagiste afin de vérifier ou adapter de futures dépenses (prime liée au kilométrage, défaillance d’une pièce mécanique ou électronique…).

Bien entendu, cette liste est non-exhaustive, tant les possibilités technologiques sont nombreuses. D’après un article du Journaldunet.com, ces véhicules « 2.0 » représenteront près de 16 % du parc auto français en 2021. Toutefois, chaque bien concerné par le monde de l’IoT est soumis à une problématique non-négligeable : le piratage.

Les risques du hacking

La numérisation et l’apparition de nouveaux biens et objets connectés ont inévitablement provoqué un développement considérable de la cybercriminalité. Ainsi, chaque connexion via des données mobiles, un point d’accès Wi-Fi ou un câble Ethernet est une « porte d’entrée » pour de nombreux pirates.

Audi Key Connect Huawei

Un tel principe est d’autant plus inquiétant lorsqu’il s’agit de véhicules connectés via un smartphone. Cette liaison est effectivement dangereuse si l’un des deux appareils est concerné par le piratage. Comment apporter une confiance totale à un système informatisé si celui-ci est concerné par des risques d’intrusions ? Cette interrogative impose donc diverses précautions.

Maintenir la mise à jour de chacun des appareils connectés

Refuser une mise à jour, c’est empêcher l’installation de nouvelles versions d’applications conçues pour corriger certaines failles de sécurité. Or, ces « imperfections informatiques » maximisent la vulnérabilité d’un utilisateur. Il est donc primordial d’accepter chaque suggestion proposée par le système d’exploitation du smartphone connecté (qu’il s’agisse d’un appareil Android ou Apple).

Eviter les applications « douteuses »

Certes, certaines applications peuvent être séduisantes aux premiers abords. Cependant, il est indispensable de vérifier la source du téléchargement ainsi que les avis d’autres utilisateurs. En effet, un nombre considérable de programmes disponibles sont volontairement conçus pour réduire la sécurité de l’appareil.

Vérifier l’état des applications de sécurité intégrées

Chacun des systèmes d’exploitation actuels intègre des programmes permettant de maximiser la sécurité de l’appareil concerné. En toute logique, il est vivement déconseillé de désactiver ces fonctionnalités. Quelques manipulations seront suffisantes pour vérifier l’état de ces applications essentielles.

Télécharger un VPN pour se protéger de la cybercriminalité

De multiples forums et avis d’utilisateurs conseillent de télécharger un VPN (nordvpn.com/fr/download) pour maximiser la sécurité d’un véhicule connecté. En toute objectivité, cette solution mérite bel et bien une telle popularité. Ces réseaux privés virtuels assurent plusieurs fonctionnalités pertinentes :
● L’ajout d’un point d’accès intermédiaire afin de préserver des données de localisation
● Le chiffrage des données grâce à un protocole
● Le masquage de l’adresse IP via un système DNS

Disponible sur smartphone, ces VPN sont ainsi capables de générer une « transparence » efficace contre les hackeurs.

Pour conclure

Les véhicules connectés sont exposés aux risques liés à la cybercriminalité. Le suivi de quelques précautions ou l’utilisation d’un VPN est indispensable pour maximiser la sécurité de vos équipements, mais aussi celle de vos trajets !