Accueil»Jeux vidéo»DriveClub VR : du gameplay test à bord de la BMW M235i

DriveClub VR : du gameplay test à bord de la BMW M235i

Du gameplay maison pour DriveClub VR

Le PlayStation VR, qui sera disponible dès la fin de semaine en boutiques, pourra compter sur une douzaine de jeux Sony à son lancement (auxquels s’ajoutent les jeux des éditeurs tiers), et parmi ces derniers, on trouvera notamment le très attendu DriveClub VR. Le titre d’Evolution Studios bénéficie en effet d’une refonte complète pour être pleinement compatible avec le casque de réalité virtuelle de Sony et ce, dès sa disponibilité en boutiques.

test driveclub vr

Evidemment, chez THM Magazine, nous vous proposons aujourd’hui une vidéo de gameplay de ce DriveClub VR. Même s’il est très difficile de se faire un véritable avis sur la VR sans la tester (les impressions sont décuplées une fois le casque sur la tête), on peut néanmoins apercevoir la force d’immersion procurée par ce DriveClub VR, qui permet de se glisser comme jamais auparavant au volant de ses bolides favoris. Comme on peut le voir sur au tout début de la vidéo, à bord, il est possible de tourner son regard à 360°, et apercevoir la modélisation de l’intérieur de notre BMW M235i, y compris les places arrière, la ventilation ou encore le toit panoramique. Bluffant.

Une fois la course lancée, on peut toujours tourner son regard à 360°, mais on ne saurait que trop vous conseiller de garder votre regard sur la piste, sous peine de petites nausées. Côté immersion, le pari est on ne peut plus réussi, puisque l’on peut incliner la tête dans les virages, checker ses rétroviseurs, admirer le volant de sa monture, surveiller l’accélération d’un concurrent à côté de nous… bref, rarement piloter un bolide virtuel n’a paru aussi réaliste, en terme d’immersion. Evidemment, en contrepartie, ce DriveClub VR s’avère moins pimpant que son homologue classique, avec des textures moins fines, un peu d’aliasing, mais cela ne l’empêche pas d’afficher de très beaux effets, comme ici le soleil matinal nippon qui perce à travers notre pare-brise visiblement assez sale. Toutefois, là encore, c’est l’immersion qui prime, et même si l’ensemble n’est pas étincelant d’un point de vue technique, une fois le casque sur le nez, l’immersion est bien là, sublimée qui plus est par le système audio 3D (via les écouteurs) du PlayStation VR.

On vous reparle très prochainement de DriveClub VR, ainsi que du PlayStation VR et ses autres jeux, dans les pages de THM Magazine.