Accueil»Jeux vidéo»Test Valkyria Chronicles sur PlayStation 4

Test Valkyria Chronicles sur PlayStation 4

Chef ! C’est pas ma guerre !

Valkyria Chronicles a toujours été une bonne licence exploitée par Sega et ce malgré un petit essoufflement sur le dernier opus (par suite d’un abus prononcé de recycladid, le médicament préféré des développeurs ayant besoin d’argent rapidement). C’est donc avec une certaine appréhension (et excitation) qu’on attendait la sortie en France de ce Valkyria Chronicles 4, déjà disponible depuis bientôt un an au Japon.

Valkyria Chronicles 4 n’innove pas vraiment dans la trame scénaristique, on se retrouve dans une Europe parallèle avec à ma gauche, les gentils à la force de frappe limitée et à ma droite les fachistes très méchants et désireux d’asservir le monde. A noter pour le connaisseur ou les experts de la série, qu’il s’agit d’une vision parallèle du premier opus (ou épisode canon).

test Valkyria Chronicles 4

On se retrouve donc plongé dans la peau de ce bon Claude Wallace, lieutenant passionné et à l’esprit shonen, qui a deux passions dans la vie : écouter les vibrations du vent (aussi appelé ADN de Gillot Petre) et les fleurs. Claude est donc à la tête d’un escadron composé d’amis et des gens originaires du même village que lui, village qui s’est fait raser par les vilains ennemis de l’Est. Au bord de l’effrondement, les gentils décident de lancer une offensive massive contre la capitale des gros vilains. Claude et son équipe se retrouvent au front de cette opération baptisée « Croix du Nord ».

Chef ! Je ne vois aucune différence notable !

Côté graphique et design même du jeu, Sega Wow (le développeur) n’a pris aucun risque en reprenant les mêmes asset/mécaniques de gameplay des précédents opus, en les dépoussiérant un peu. Toutefois, ce n’est pas vraiment gênant tant l’univers graphique entre ingame & story telling se fond naturellement renforçant ainsi l’immersion du joueur et son assimilation du système.

test Valkyria Chronicles 4

Au niveau du jeu en lui-même, aucun changement, on alterne donc entre des phases de dialogues type digital novel plutôt agréables et qui permettent de bien planter l’histoire et l’interaction entre les personnages, cependant, comme c’est souvent le cas avec cette série, ne vous attendez pas à avoir un énorme happening et un scénario ultra léché, ce n’est vraiment pas le genre de la maison. Côté phase ingame, on alternera entre vision 2D de dessus pour choisir son unité puis, on basculera dans un mode 3D pour se déplacer et agir.

C’est fluide, très agréable, dynamique bref tout ce que l’on aime dans un jeu vidéo mais … c’était déjà le cas depuis le 1 donc on peut être un peu déçu du peu de risque pris. A noter que sur PS4, tout comme sur Nintendo Switch d’ailleurs, le jeu tourne à 30 fps (une option sur PC permettra toutefois de débloquer le framerate pour grimper à 60 fps).

Chef ! Je veux changer d’affectation !

En ce qui concerne le gameplay, peu de changement également hormis quelques ajustements au niveau des unités et une simplification de l’interface. La grosse nouveauté par rapport aux précédents épisodes réside dans l’apparition d’une nouvelle unité, les grenadiers, qui sont équipés de mortier et qui vous permettront, sur des distances importantes, de faire de gros dégâts sur l’infanterie (et optionnellement vous faire défoncer votre infanterie quand ils sont du côté ennemi).

test Valkyria Chronicles 4

Bien sûr, Sega n’a pas oublié nos amis les petits otakus amateurs de dolls japonaises aux dimensions généreuses, car oui, Valkyria Chronicles 4 possède bien son roster de waifu et autres personnages séduisants (le tout accompagné de petits DLC pour gagner de nouvelles tenues affriolantes). Que voulez-vous, il faut bien satisfaire tout le monde, et une guerre, c’est parfois long mais Sega a su rester sage afin de ne pas tomber dans l’abus. Le tout reste quand même très soft, rassurez-vous.

Chef ! Elle est bientôt finie cette guerre ?

Côté durée de vie, pas d’inquiétude, on est dans les standards de la série. Comptez environ 40h pour finir le jeu, et une 60aine si vous désirez tout débloquer. Toutefois, l’expérience de jeu peut être facilement écourtée en basculant le jeu en mode « facile », mode incroyable qui rend l’IA du jeu complètement stupide et qui enlève absolument tout intérêt stratégique du produit (les fantassins se jetteront sous vos tanks car il y a votre soutien caché derrière par exemple).

test Valkyria Chronicles 4

A noter également que le jeu vous proposera une trame principale avec son lot de missions secondaires dont les escarmouches (afin de grinder un peu l’expérience et l’argent) ainsi que des missions permettant de renforcer les liens entre certains de vos personnages et ainsi leur débloquer de nouvelles capacités une fois déployé sur le terrain. Et tout ça, c’est sans compter la gestion de l’équipement et son amélioration ainsi que les ordres (genre de boost que votre héros principal peut déclencher) à débloquer. Bref, le contenu est plus que généreux, contenu qui se verra agrandi avec l’arrivée des DLC payanst dès le 9 octobre avec Squad E, to the Beach ! ajoutant une histoire ainsi que … les maillots de bain pour les membres de votre squad.

Test réalisé à partir d’une version éditeur sur PS4

Notre avis

8.0
Sans innover, ce Valkyria Chronicles 4 n’en reste pas moins diablement efficace. Ceux qui n’ont jamais joué à un opus de la série se retrouveront sans difficulté plongés au sein d’un jeu à la fois riche et entraînant, et tomberont probablement amoureux d’un (ou une) joli(e) soldat, avec le cœur serré à chaque tir de roquette qui lui frôlera le visage. Les connaisseurs pourront manifester un peu de frustration face au manque de nouveautés, mais s’ils sont fans de la série, nul doute qu’ils seront comblés par cette nouvelle ration qui les occupera pendant des dizaines d’heures.
11 Avis d'utilisateur
Notre Avis 8.0

Les plus

Bonne difficulté notamment sur certaines maps. Facilité de prise en main et d’immersion. Contenu conséquent. Maturité graphique.

Les moins

Déplacement en véhicule parfois un peu galère. Charisme de certains personnages. Pas de prise de risque sur ce nouvel opus.