Accueil»Jeux vidéo»Shadow of the Tomb Raider : un mois plus tard, le bad buzz était-il mérité ?

Shadow of the Tomb Raider : un mois plus tard, le bad buzz était-il mérité ?

Bad buzz pour Lara Croft

Cet article sera un peu sous un angle différent de mes autres tests. Shadow of The Tomb Raider est disponible depuis le 14 septembre 2018 et a reçu un accueil pour le moins mitigé chez certains, et dithyrambique chez d’autre. Chez THM, nous sommes totalement neutres et non sponsorisés (« indépendance 5/5 » comme on dit).

Pourquoi en parler maintenant ? Nous aimons partager notre passion des jeux video et ne sommes pas toujours dans l’immédiateté pour sortir des tests. Dans cet article, je vous livrerai donc mon avis, pas sous forme de note, mais plutôt en analysant cette nouvelle aventure de Lara Croft.

Shadow Tomb Raider

Petit retour en arrière

Shadow of The Tomb Raider conclut la trilogie du reboot, précisons le, de Tomb Raider, initié par Crystal Dynamic et Eidos-Montréal en 2013. A l’époque, l’essai s’est transformé en franche réussite. Tous les joueurs était alors unanimes face à une Lara Croft plus en beauté que jamais.

Le premier reboot intitulé sobrement “Tomb Raider” puis “Tomb Raider : Définitive Edition” a récolté beaucoup d’avis positifs. Le moteur graphique maison de Crystal Dynamic a fait des merveilles, autant sur les consoles nouvelle génération que les anciennes. L’aventure de Lara était rythmée, le scénario bien ficelée et l’aspect général du jeu était aux petits oignons. Bref, une incontestable réussite.

En 2016 sort Rise of The Tomb Raider. Comme beaucoup de joueurs, j’ai énormément attendu cette suite qui s’annonçait encore mieux que la première. Je n’ai pas été déçu. Le jeu était excellent, beaucoup plus équilibré niveau gunfights et tombeaux. Toujours aussi beau graphiquement, les développeurs ont travaillé le système d’upgrade et de crafting plus en profondeur. Le jeu jouissait encore à ce moment d’un joli rayonnement auprès des joueurs qui en attendaient toujours plus, à juste titre.

Le nouveau Tomb Raider pleins de promesses

Au mois d’avril 2017, Crystal Dynamics, toujours en association avec Eidos Montréal annonce en grande pompe ce Shadow of the Tomb Raider. La promesse est fortement axée « graphismes nouvelles générations » avec la résolution 4K et un support HDR. Cette épopée mènera Lara en Amérique du Sud, chez les Aztèques, en haut des pyramides, et conclura la trilogie. Bref, de belles promesses.

Dans l’absolu, Shadow of the Tomb raider en met plein la vue. Honnêtement. C’est un des plus beau jeux de ce style auquel j’ai joué. A titre de comparaison, Uncharted : Lost Legacy était pour moi une référence (sur console) dans le style exploration aventure “hollywoodien”. J’insiste beaucoup sur le rendu graphique qui est superbe, avec des effets d’ombres et de lumières en extérieur et dans les grottes, une végétation luxuriante, une variété de revêtements de sol (boue, eau, herbes humides). La modélisation de Lara Croft n’aura jamais été aussi jolie, sans parler de l’adorable voix de Camilla Luddington si vous jouez en VOST (déjà présente dans le premier reboot de 2013)

Dans cette dernière aventure de Lara Croft, vous en apprendrez plus sur ses origines et le moment ou elle est réellement devenue cette pilleuse de tombes. Ici, Lara est sans pitié avec ses ennemis. Camouflage, discrétion, coups à la gorge ou salves de plomb à l’arme lourde sont les promesses. Et pourtant, les développeurs ont plutôt mis l’accent sur les énigmes.

Et dans la pratique ?

A mon sens, Shadow of the Tomb Raider peine… à cause de ses aînés. Trop souvent, et à juste titre, les tests l’ont comparé à ses prédécesseurs. Les développeurs ont eu une grosse pression pour livrer un troisième volet aussi puissant qu’ambitieux. Ils n’ont pas réussi à conclure de la plus jolie des façons, la faute à un standard beaucoup trop élevé. J’ai un peu la sensation que le jeu a été bâclé. Je m’explique.

Pour vous donner de la matière à mon jugement. Prenons l’exemple de l’arbre de compétences qui ne sert vraiment à rien à part décorer. Il y a deux sections sur les 3 trois axées sur le combat alors que Shadow of the Tomb Raider à clairement réduit le nombre de combat pour favoriser l’exploration. C’est un non sens. Pareil, lorsque le jeu vous donne la possibilité d’avoir plusieurs armes mais ou vous vous retrouvez souvent seulement avec votre arc, pour les besoins du scénario et dans des affrontements “horriblement” toujours autant scriptés. Donc l’approche discrétion est clairement à oublier, ce qui est dommage car les animations d’éliminations sont sympas et le coté infiltration est vraiment bien rendu.

J’insiste cependant sur le fait que la variété des paysages et l’originalité des tombeaux est à souligner! Je vous conseille de jouer à Shadow of the Tomb Raider en difficile, autant pour les combat que pour les tombeaux. Jouer en facile retire tout l’aspect exploration et vous n’aurez qu’a appuyer sur le joystick droit et activer “l’instinct de survie” de Lara et ainsi voir toutes les issues d’un coup d’oeil. Autant dire que c’est contre productif… Le storytelling est toujours aussi solide. Les relations entre Lara et Jonah ont été poussés et vous ressentez vraiment ce lien entre eux. Ils vivent des choses fortes, ils échangent, rigolent… Bref, on vit avec les personnages.

Aussi, les cut-scenes sont tout simplement magnifiques. Par contre, le jeu se repose inlassablement sur les mêmes mécaniques et les déplacements de Lara sont très “bizarres” et pas forcément naturels. Les nombreux bugs de collisions, de surface, de faux sol sont ridicules et font effectivement penser que le jeu manque sérieusement de soin.

Un mois plus tard… Bashing justifié ou pas?

Je vais remettre les choses à leur place, Shadow of the Tomb Raider n’est pas un mauvais jeu. Apres m’avoir lu, si vous êtes arrivé jusque la (et je vous en remercie), il est proche de l’excellent Rise of the Tomb Raider, et c’est une bonne chose. Et pourtant, s’il en est vraiment trop proche dans la forme, ce n’est malheureusement plus le cas en ce qui concerne le fond… Le jeu souffre d’un manque d’inspiration flagrant. Vouloir privilégier l’aspect exploration à défaut des combats était une bonne idée, mais pourquoi tant de simplicité et autant de scripts ? La prise de risque est tout simplement nulle et les développeurs se sont contenté d’un Tomb Raider basique, juste pour boucler la trilogie tant attendue.

S’ils décident de sortir un nouveau Tomb Raider, c’est avec un esprit encore plus critique que les joueurs attendront. J’ai entendu dire qu’ils travaillaient sur un jeu Avengers édité par Square Enix.. Voilà quelque chose qui pourrait nous faire oublier cette mauvaise aventure (sans jeu de mot).