Accueil»Jeux vidéo»Test Saints Row : The Third, que vaut le premier GTA-like de la Nintendo Switch ?

Test Saints Row : The Third, que vaut le premier GTA-like de la Nintendo Switch ?

La série Saints Row revient au format de poche !

En silence radio depuis maintenant 6 ans, la série Saints Row ne cesse de faire monter la hyper autour d’un probable Saints Row 5. En attendant l’E3 2019 de Los Angeles en juin, Deep Silver et Volition nous livrent Saints Row The Third en édition complète sur Nintendo Switch. Enfin un vrai GTA-like sur la console de Nintendo ?

Alors que Volition fait monter la hype sur Saints Row 5, Saints Row The Third arrive sur Nintendo Switch. Plusieurs années se sont écoulées depuis la conquête de Stilwater par le gang des Saints après les aventures du premier et du deuxième opus, la chute au pouvoir d’Ultor, ainsi que la mort d’un des proches des Saints. Les Saints sont devenus des célébrités internationales.

Un jour, alors que le héros, Johnny Gat et leurs amis veulent braquer une banque à Stilwater, ils ignorent que cette dernière appartient au Syndicat, une organisation criminelle qui va capturer les Saints avec l’aide de la police de Stilwater qu’ils ont soudoyés pour arrêter les trois membres des Saints.

Test-Saints-Row-Nintendo-Switch

Le syndicat est représenté par Phillipe Loren, le président du syndicat et patron du Morning Star, accompagné de ses lieutenants Viola et Kiki DeWynter. Ces derniers proposent un accord qui consiste à extorquer leurs biens contre leur vie en l’échange de 60% des revenus mensuels. Les membres capturés des Saints refusent et déclarent une nouvelle guerre mais cette fois-ci ça sera à Steelport.

Cette histoire est certes classique, mais c’est dans son écriture et ses répliques drôles que l’aventure de Saints Row The Third vaut la peine d’être parcourue. En effet, vous allez beaucoup rire tout au long du jeu, seulement si vous êtes adepte de ce genre d’humour, un peu gras il faut l’avouer.

Dans le port de Steelport

Manette en main et Switch dockée sur la télévision, le jeu devient un peu plus agréable avec la manette pro de Nintendo. En effet les sensations se rapprochent grandement des versions PlayStation 3 et Xbox 360, quelques soucis de fluidité peuvent gâcher la fête cependant. L’ergonomie des menus est toujours au rendez-vous. Plus vous accomplissez des missions et activités plus vous gagnerez du respect et de l’argent. Le respect permettra d’accéder à des améliorations diverses allant des armes, au gang des Saints ou à notre héros préalablement choisi par nos soins en début d’aventure. l’argent permettra d’acheter armes, améliorations et autres.

La personnalisation du personnage dès l’arrivée dans le jeu est toujours très poussée, à la manière de l’éditeur des Sims, sans les émotions évidemment. En effet tout est quasiment personnalisable, le visage, corps, le sexe, la carrure mais aussi la voix, les expressions. Le joueur pourra tout à fait donner un voix féminine à un personnage masculin et vice versa, cela fait partie de la philosophie complètement barrée de la série de Volition, le studio géniteur de Saints Row, Red Faction et plus récemment du moyen Agents of Mayhem.

Saints Row The Third n’est pas un jeu difficile malgré ses trois modes de difficulté, facile, normal ou difficile. Vous n’aurez aucun mal à compléter le titre de Deep Silver à 100%. L’aventure principale se découpe sur une quinzaine d’heures, doublez ce temps si vous comptez accomplir les nombreuses activités de map. La map change par rapport aux deux premiers, l’action se déroule à Steelport. De nombreux magasins sont présents dans la ville afin d’améliorer votre style ou votre équipement.

Pour progresser dans le jeu il faudra libérer les quartiers de la ville du joug des gangs du jeu. Le héros est le chef des Saints un gang très populaire et superstar dans le monde de Saints Row. Les Saints affrontent le Syndicat, ce dernier est une organisation criminelle qui regroupe trois gangs : le Morningstar, les Luchadores et les Deckers. Chaque gang aura sa propre spécificité. Le STAG représente la police de la ville, attention car ils sont plutôt bien équipés pour tenter de vous arrêter. En plus de tout ce contenu, un mode coopération en ligne est disponible comme souvent dans la série. Saints Row The Third est faisable à deux en local ou ligne, c’est une bonne chose.

Parmi les Saints

Pour finir, un mode Horde est disponible pour varier les plaisirs. Il faudra exterminer des vagues d’ennemis avec des conditions loufoques. La ville de Steelport est inspirée de villes réelles telles que Chicago, Pittsburgh et Détroit. La ville se compose de quatre quartiers bien distincts : Downtown Steelport, New Colvin, Stanfield, Carver Island et Magarac Island, une île en forme d’étoile.

Full Package édition oblige, toutes les extensions et objets proposés en DLC auparavant sont compris dans le jeu.

Le grand n’importe quoi

Plutôt dépassé graphiquement à l’époque de sa sortie fin 2011, Saints Row The Third l’est malheureusement toujours. Malgré tout sur l’écran de la Nintendo Switch le jeu est acceptable voire joli par moment. En mode télévision, c’est une autre histoire, en effet l’aliasing pique un peu les yeux. Les textures bavent pas mal. En plus de ses défauts esthétiques, de nombreux ralentissements se font sentir sur la télévision en mode docké.

Malgré tout, la direction artistique reste correcte et monte un peu le niveau de toute la partie visuelle. Un peu plus joli que les versions consoles d’époque, cette version Nintendo Switch est toutefois bien en-dessous de la version PC de 2011.

La grande force de la série c’est aussi sa bande-son, c’est le cas ici aussi pour Saints Row The Third. Comme dans tout bon GTA-like qui se respecte des radios sont disponibles dans chaque véhicule. Les musiques diffusées dans ces dernières sont de grande qualité. Médine, Kanye West, The Bloody Beetroots, Deadmau5, Digitalism, Benny Bennassi mais aussi Mozart ou Bach, il y en a pour tous les goûts.

Niveau doublage, une tête bien connue des jeunes adolescents est au casting Sasha Grey mais aussi Hulk Hogan et Daniel Dae Kim. Du beau monde pour des répliques drôles et de qualité. Les bruitages et musiques originales du jeu sont parfaitement adaptés aux diverses situations présentes dans le titre.

Notre avis

6.0
Deep Silver a eu raison de (res)sortir Saints Row The Third. En effet la console hybride de Nintendo était orpheline de GTA-like. Le public était demandeur de ce type de jeu. En reste une œuvre plaisante, très bien écrite mais surtout drôle avec une solide durée de vie malgré un prix élevé pour un jeu sorti il y a 8 ans sur l’ancienne génération et PC. Sur Switch, le jeu tourne plutôt bien malgré quelques soucis de fluidité et un portage fainéant. Si, à terme, les patchs règlent les soucis du portage, cette édition mériterait un point de plus. Malgré ses rides marquées par les années, Saints Row The Third reste un met de choix pour les amateurs du genre, d’autant qu’il est le premier GTA-like de la console.
21 Avis d'utilisateur
Notre Avis 6.0

Les plus

Toujours aussi drôle, armes loufoques, Saints Row pur jus, bourré de références, tous les DLC dans le même package, Saints Row dans la poche, gameplay toujours aussi efficace, convenable en mode portable, charisme des personnages, mode horde et coopération en ligne, un arsenal varié et drôle.

Les moins

Toujours aussi moche, répétitif dans ses activités, aliasing qui pique les yeux, on veut Saints Row 5, plus confortable avec la manette pro, portage fainéant, moins joli et moins fluide en mode télévision, toujours quelques bugs d’époque, le côté provoc ne plaira pas à tous, facile, l’écran tactile aurait pu être utile pour l’interface, sous-titres absents en gameplay malgré leur activation, pas mal de clipping.