Accueil»Jeux vidéo»#Rétrogaming : Tu te souviens… SRAM, sur Amstrad CPC ?

#Rétrogaming : Tu te souviens… SRAM, sur Amstrad CPC ?

Pour ce nouvel épisode de #rétrogaming, l’insatiable Turk182 nous ramène jusqu’en 1986, soit la préhistoire pour certains, mais aussi une époque où l’on jouait sur… Amstrad CPC. Un Color Personal Computer, doté d’un processeur Zilog Z80 associé à 64 ou 124 ko de RAM, couplé à un écran monochrome capable d’afficher une image de 160 x 200 pixels en 16 couleurs, et de 640 x 200 en 2 couleurs. Le « PC MASTER RACE » de l’époque donc, sur lequel il était notamment possible de jouer à SRAM. Un jeu « fabriqué en France« , oui madame, oui monsieur, et mis au point par Jacques Hemonic, Serge Hauduc et Ludovic Hauduc.

SRAM Amstrad CPC

A l’ère de la 4K, du ray-tracing et des 60 (ou 120) fps, il est bon de se replonger dans nos jeux vidéo d’antan, ceux que l’on prend plaisir encore aujourd’hui à lancer sur NES, sur Master System, sur Super Nintendo, PC Engine ou encore sur un bon vieil ordinateur de l’époque. Un petit coup d’oeil dans le rétro(gaming), comme un petit voyage vidéoludique dans un passé lointain. Une chronique animée par Turk182, que l’on vous invite chaudement à découvrir sur son excellent « Rétroblog »

 

Salut les vieux ! Le surlendemain de ma rencontre avec ma moitié d’esquimau, dont je vous parlais dans cet article sur Operation Wolf, j’hésitais toujours à mettre le nez dehors. J’avais passé tout mon dimanche enfermé à jouer à ce nouveau jeu et comme j’étais de repos ce lundi, j’en profitais pour faire le point. Cette charmante personne me troublait.

© Turk 182 / Rétroblog

Turk182 sous le charme SRAM

Comme tout adolescent de 17 ans qui tombe sous le charme, j’étais terrorisé par le fait de devoir me retrouver face à face avec cette personne et de ne pas savoir comment réagir. Vous avez tous été adolescent et connu ce moment saumâtre où vous rencontrez de nouveau votre conquête de la veille, et ne savez pas trop si elle pense que c’était juste pour une nuit où s’il y a possibilité d’une d’aventure durable. Bref j’en étais à ce stade… Pour me changer les idées je décidais donc de reprendre ma partie de cet excellent jeu d’aventure de fabrication française qu’était SRAM.

© Turk 182 / Rétroblog

Pour ceux qui n’ont jamais entendu parler de SRAM, il faut savoir qu’il a été édité par ERE Informatique et qu’il est de pure souche française. Mais pas que cela, en effet, celui-ci propose au début du jeu de choisir parmi 3 langues, une véritable première, et même une prouesse pour l’époque.

Le meilleur jeu d’aventure français jamais créé ?

SRAM est sans doute le meilleur jeu d’aventure français jamais créé, la presse de l’époque a été unanime à ce sujet. Graphisme, scénario, son, analyseur de syntaxe… tout est simplement parfait. L’univers imaginaire dans lequel il vous entraine est en fait un mélange d’heroic fantasy et de mythologie celtique et tout cela sur une planète étrangère qu’il vous faudra explorer de fond en comble (comme dans No Man’s Sky, mais en mieux). Si vous étiez l’heureux possesseur d’un Amstrad CPC dans les années 80, SRAM était LE jeu d’aventure à avoir. Et moi je l’avais et je galérais pour trouver ces maudits ingrédients qui devaient me permettre de réaliser ma potion pour libérer le roi Egres des griffes du méchant Cinomen.

© Turk 182 / Rétroblog

Le problème avec un jeu aussi bien foutu que SRAM c’est qu’il faut être vraiment très concentré et bien lucide pour avancer sans mourir après chaque action, et moi j’avais vraiment la tête ailleurs. Donc j’avançais très lentement entre morts et morts, entre sauvegardes et chargements. Il commençait déjà à faire sombre dehors et je n’avais toujours pas trouvé l’écaille de serpent manquante.

© Turk 182 / Rétroblog

Heureusement pour moi le téléphone sonna. J’étais une fois de plus invité à une soirée barbecue. Adieu SRAM, adieu Egres, adieu l’Hermite, adieu la sorcière, ma nouvelle mission était d’arriver chez mon ami Kof à moto avec deux packs de bières chaudes. Ce n’est que plus tard dans la soirée que je vis ma moitié d’esquimau et une amie arriver à la fête. Je souris comme un idiot, elle sourit radieusement. La glace était brisée et lorsqu’une moitié d’esquimau brise de la glace c’est pour construire de grandes choses…