Accueil»Jeux vidéo»#Rétrogaming : Tu te souviens… Jurassic Park sur Super Nintendo !

#Rétrogaming : Tu te souviens… Jurassic Park sur Super Nintendo !

Bien qu’il accuse aujourd’hui 27 ans d’âge (et oui déjà !) Jurassic Park est incontestablement l’une des plus grandes claques cinématographiques de l’Histoire. Un film signé Steven Spielberg, basé sur un roman de Michael Crichton, et mettant en scène Sam Neill, Laura Dern, Jeff Goldblum et Richard Attenborough (qui a dépensé sans compter). Un film qui a évidemment eu droit à son jeu officiel, en 1994, notamment sur une certaine Super Nintendo. Et on s’en souvient encore…

Test Jurassic Park Super Nintendo

A l’ère de la 4K, du ray-tracing et des 60 (ou 120) fps, il est bon de se replonger dans nos jeux vidéo d’antan, ceux que l’on prend plaisir encore aujourd’hui à lancer sur NES, sur Master System, sur Super Nintendo, PC Engine ou encore sur un bon vieil ordinateur de l’époque. Un petit coup d’oeil dans le rétro(gaming), comme un petit voyage vidéoludique dans un passé lointain. Une chronique animée par Turk182, que l’on vous invite chaudement à découvrir sur son excellent « Rétroblog »

Jurassic Park, du grand écran à la Super Nintendo !

Voilà, depuis quelques jours, nous sommes en 2021. Une année de plus au compteur. Qui dit nouvelle année, dit bien évidemment réveillon. Plus les années passent, plus les soirées sont calmes, mais je me souviens qu’il n’en était pas ainsi au début des années 90. En effet, je passais souvent les réveillons avec mon ami Vintz, et nous avions pour habitude de jouer sur son PC ou bien sur sa Super Nintendo.

Jurassic Park SNES
© Turk 182 / Rétroblog

Nous étions en 1994 et l’année d’avant, j’avais été époustouflé lorsque je vis pour la première fois le film Jurassic Park au cinéma. Il faut dire que les effets spéciaux étaient impressionnants pour l’époque. Alors lorsque mon ami Vintz me proposait une partie d’un jeu du même nom sur sa SNES, je ne pouvais qu’approuver.

Welcome to Jurassic Park !

Jurassic Park est un jeu dans lequel nous devrons effectuer plusieurs « mini missions » qui vont nous emmener d’un point de l’île à l’autre. Il n’y a pas vraiment de niveaux à proprement parlé, le mode de jeu est en continu. Par exemple, une des premières missions du jeu va être de trouver et allumer le générateur d’énergie pour pouvoir redémarrer l’ordinateur principal et le manipuler afin d’appeler notre maison et sortir de l’île.

© Turk 182 / Rétroblog

Un point très favorable au jeu était que les comportements des dinosaures étaient identiques à ceux que l’on avait découvert dans le film l’année précédente. D’ailleurs, des descriptions vous parvenaient sous forme d’énormes pancartes pour vous donner les informations nécessaires concernant toutes les sortes de dinosaures rencontrés sur l’île. Visuellement, ils étaient aussi très bien représentés, grâce à des sprites très colorés et bien gros, comme nous les aimions à l’époque.

FPS, 3D et gros pixels !

Mais là où le jeu prenait toute son ampleur, c’était dans ses phases intérieures. Je m’explique : les phases extérieures étaient en vue 2D, légèrement vu de dessus, comme il était très courant à l’époque. Mais lorsque vous pénétriez dans un bâtiment, la vue changeait en FPS et en Mode 7, ce qui dans les années 90 était le summum. Nous appelions cela « la 3D« . Alors oui, aujourd’hui c’est pixélisé à mort, mais se promener dans des couloirs remplis de dinosaures en mode « First Person Shooter » était la jouissance extrême. Ni plus, ni moins !

© Turk 182 / Rétroblog

Bien évidemment, pour vous défendre de toutes ces bestioles hostiles, vous rencontriez, au cours de vos explorations, différents types d’armes. Vous pouviez en changer à volonté grâce au bouton Select. Ces mêmes armes étaient aussi valides dans les missions intérieures, ce qui donnait des explosions remplies d’énormes pixels (et on adorait ça !).

Je me souviens parfaitement de cette soirée du 31 décembre 1994 passé à tuer des dinosaures, les différentes missions étaient tellement prenantes que nous n’avions pas vu les heures passer, à tel point que nous avions oublié de nous souhaiter la bonne année…