Le Mass Effect nouveau est arrivé !

Initiée en 2007 sur Xbox 360, la saga Mass Effect signée BioWare est rapidement devenue un incontournable du genre action-RPG pour certains, avec un côté space-opera assez unique dans le genre. Une saga qui a connu trois épisodes principaux jusqu’à 2012, et qui revient sur le devant de la scène en 2017 avec ce Mass Effect Andromeda. Pas de Shepard ici, ni même une quelconque suite (surtout pas un Mass Effect 4), mais un Mass Effect différent, qui se veut incontestablement le point de départ d’une nouvelle ère.

Ainsi, ceux qui espéraient trouver avec cet Andromeda un Mass Effect tissant de nombreux liens avec les opus précédents seront forcément un peu désappointés. En premier lieu, pas de Shepard ici, mais le choix entre deux personnages principaux, à savoir Sara ou Scott Ryder, frère et soeur, et accessoirement cryogénisés pour participer à une mission de reconquête de l’univers, à la recherche d’une nouvelle planète pour l’humanité, si possible non hostile, en visitant la galaxie d’Andromède.

Autant être sincère, les premières minutes passées avec ce Mass Effect Andromeda laissent rapidement craindre le pire quant à la suite de l’aventure. En effet, en plus de cutscenes à la peine techniquement (bugs, saccades…), le jeu impose un prologue certes nécessaire à la mise en place des différents personnages, mais également très longuet, et sans le moindre rythme. Il s’agira alors simplement de rejoindre un emplacement sur la map, de discuter avec tel et tel personnage, d’affronter quelques ennemis, mais surtout de se prendre une tonne d’informations au visage. Un démarrage poussif donc, mais heureusement, le jeu parvient à décoller une fois le prologue (et un peu plus) terminé.

En effet, une fois les bases du jeu inculquées au joueur, Mass Effect Andromeda laisse enfin entrevoir son côté space opera, à travers quelques cinématiques de toute beauté, mais surtout des galaxies à visiter, chacune recelant diverses planètes qu’il faudra coloniser en visant le taux de 100% pour les plus acharnés. Mass Effect oblige, le jeu impose également quelques phases de dialogue, avec la possibilité de choisir différentes réponses, une manière d’afficher le caractère du joueur d’une part, mais également d’influencer certains évènements, parfois très tardifs d’ailleurs.

Evidemment, comme tout bon RPG, Mass Effect dispose d’une bonne grosse quête principale, laquelle est truffée de quêtes annexes, plus ou moins intéressantes d’ailleurs. En effet, il s’agira tantôt de déjouer une tentative de piratage à bord du vaisseau mère Nexus, tantôt de récupérer des données, tantôt de baliser certains environnements, récupérer des drones perdus… Certaines quêtes sont franchement sans intérêt, mais d’autres vous permettront parfois d’être confronté à d’imposants ennemis, voire de participer à une mini-aventure assez épique. Rapidement, on parvient à déceler la bonne quête de la mauvaise quête (un peu comme le bon et le mauvais chasseur), et même si quelques quêtes sont inutiles, il serait vraiment dommage de se contenter uniquement de la trame principale ici.

Toutefois, la grande force de ce Mass Effect Andromeda, c’est évidemment le gigantisme de son univers, avec ses nombreuses planètes à explorer. Petit à petit, on fait grimper le taux de viabilité sur ces dernières, sur lesquelles on évoluera tantôt à pied, tantôt à bord du Nomade, cet véhicule tout-terrain doté de 6 roues, qui dispose de deux modes de conduite distincts. L’exploration est relativement passionnante pour qui apprécie le genre, et il sera également possible (et même indispensable) de scanner de nombreux éléments, pour en découvrir davantage sur les environnements/objets/personnages d’une part, mais aussi faire évoluer les compétences du groupe.

Chaque mission accomplie permettra d’engranger de l’XP, indispensable à l’évolution de Ryder, mais aussi des personnages qui accompagnent le joueur. En fonction des habiletés choisies, on déverrouillera également différents profils, avec lesquels on pourra jongler en plein combat, histoire par exemple de profiter d’un bonus d’attaque ou au contraire d’une meilleure défense. Un côté personnalisation archi-complet, qui permet réellement de façonner le Pionner à son image.

Côté gameplay, exit les combats stratégiques des premiers opus, place à une action nettement plus présente ici, avec un système de shoot semblable à un Gears of War (pour schématiser). On y retrouve un système de couverture automatique (plutôt bien vu d’ailleurs), et la possibilité d’effectuer des dashs en plus de pouvoir utiliser un jetpack. Les combats sont ainsi très nerveux, très dynamiques, et se révèlent rapidement constituer un vrai point fort pour ce Mass Effect. On bénéficie également d’un système de Recherche et Développement pour les armes et armures, et il faudra prendre le soin de récupérer des matériaux durant les missions pour mettre au point de nouveaux objets, et ainsi améliorer sa puissance de feu et/ou sa défense.

En ce qui concerne le scénario, ce dernier est évidemment très dense, et il faudra prendre le soin d’écouter les conversations, et lire les documents pour ne pas se retrouver complètement perdu face à tel ou tel personnage ou situation. Heureusement, pour peu que l’on apprécie le genre, la trame est assez passionnante dans l’ensemble, même si certains regretteront des « choix » nettement moins cruciaux que par le passé. Space opéra oblige, à la manière d’un Star Trek, Mass Effect Andromeda fait s’entrechoquer de nombreuses races extra-terrestres, certaines étant plus inspirées que d’autres, mais toutes s’exprimant dans un français absolument impeccable.

Enfin, côté technique, il est évident que ce Mass Effect Andromeda a manqué d’une couche de polish avant sa sortie en boutiques. En effet, outre les cutscenes qui accusent parfois de sérieuses lacunes, on remarque rapidement ça et là quelques bugs de collision, ainsi que certaines animations très limites, en plus de quelques scripts bien poussifs… Les temps de chargement sont également assez nombreux, mais masqués par des petites animations tantôt très réussies, tantôt archaïques visuellement parlant… Heureusement, lors des phases d’exploration pure, malgré des paysages immenses, le jeu se révèle parfaitement stable, et d’une beauté assez impressionnante même. Dommage toutefois que des environnements plus confinés affichent de telles lacunes… Evidemment, on imagine aisément que le jeu bénéficiera de nombreux patchs (ce qui est déjà le cas) pour venir fignoler cette réalisation un peu moyenne. Bref, pour les fans, ce n’est clairement pas LE Mass Effect révolutionnaire tant attendu, mais l’expérience vaut malgré tout le coup d’être vécu, à condition bien sûr d’apprécier le genre, et de ne pas tiquer sur chaque accroc technique.

Test réalisé à partir d’une version éditeur PS4, via une PS4 Pro.

Notre avis

7.5
Une fois le Prologue passé, qui procure les plus grandes craintes quant au reste de l'aventure, ce Mass Effect Andromeda retrouve des couleurs, sans jamais toutefois vraiment tutoyer les étoiles. En effet, si la trame scénaristique est réussie, on regrettera constamment une réalisation technique très moyenne, avec des animations d'un autre temps qui contrastent avec certains panoramas d'une beauté sidérante. Idem du côté des quêtes, avec quelques moments épiques, mais aussi des phases dignes d'un mauvais MMO daté. Globalement, cet opus Andromeda affiche quelques très bonnes séquences, mais il fait souvent redescendre aussitôt le joueur sur terre, que ce soit par ses lacunes techniques, ses bugs, ou même ce manque de finition et de richesse globale. Ceux qui attendaient l'action-RPG ultime seront forcément un peu déçus, mais le voyage intergalactique proposé par Mass Effect Andromeda n'est pas déplaisant pour autant, à condition de ne pas être trop exigeant, et d'accepter un Mass Effect "différent".
10 Avis d'utilisateur
Notre Avis 7.5

Les plus

Le système de combats, dynamique et nerveux. Quelques superbes séquences space opera. L'exploration. Les nombreuses planètes à visiter. La trame principale, riche et intéressante. Les caveaux, passionnants. L'arbre de personnalisation. Le rendu (HDR) des panoramas.

Les moins

Ce Prologue d'une mollesse nébulaire... Quelques animations bien ratées. Bugs de collision. Des choix qui n'en sont pas vraiment. Certaines quêtes (vraiment) inutiles. De très (troooop) nombreux allers-retours... Rien de révolutionnaire au final. Un manque de finition global assez flagrant.

Commentaires