FlatOut 4, le retour tant attendu ?

Initiée en 2004, la série FlatOut avait alors su créer l’évènement, en prenant habilement la place d’un Destruction Derby très apprécié sur PSOne, mais étonnamment absent par la suite. Un FlatOut qui mettait évidemment la course automobile à l’honneur, mais aussi un côté destruction d’éléments très poussé, bien aidé par un moteur physique alors assez hallucinant. Pas de syndrome Burnout ici, mais des courses plutôt posées, sans une surenchère de loufoqueries, durant lesquelles il fallait à la fois être bon pilote, tout en observant soigneusement le terrain pour en tirer certains avantages. Certains y voyaient (à raison) le digne successeur de Destruction Derby.

Les opus suivants ont davantage mis l’accent sur le côté « fun » et « déjanté », avec toujours plus de mini-jeux en plus des courses classiques, et un côté destructible toujours plus poussé (et pas forcément dans le bon sens)… une surenchère qui aura finalement un peu eu raison du concept d’origine diront certains (dont moi). En 2017, la saga FlatOut est donc de retour, avec cet opus estampillé Total Insanity, et développé par Tiny Rebel Games.

Pour être tout à fait honnête, ce Fl4tOut : Total Insanity ne nous a pas vraiment inspiré la moindre confiance, que ce soit lors de son annonce ou des différents trailers. En bons vieux cons que nous sommes, le vrai esprit FlatOut est immuable de BugBear Entertainment, les développeurs d’origine. Toutefois, c’est avec une certaine curiosité (mêlée d’appréhension) que nous avons lancé ce nouvel épisode sur notre PS4 Pro. L’interface est sobre, avec la possibilité d’opter pour un mode Carrière, un mode Multi, un mode Flatout, ou encore les fameux mini-jeux qui consistent à éjecter le pilote qui fera office tantôt de fléchette, tantôt de balle de golf, de bowling… Mais ce qui nous intéresse, c’est la course.

Ainsi, une fois la Partie Rapide sélectionnée, on découvre avec plaisir une bonne vingtaine de tracés (dont la plupart à déverrouiller), chacun disposant de diverses options météorologiques. Sympa. Evidemment, il ne faut pas s’attendre ici à une quelconque finesse, et tout est stéréotypé au possible, notamment au niveau des personnages (le militaire, le clown, le punk, la bimbo, le beau gosse, le taulard…), mais aussi des circuits (le canyon désertique, la route enneigée, la forêt, la zone industrielle…).  Bref, une fois notre environnement et notre monture sélectionnés, il est grand temps de voir ce que ce Fl4tOut : Total Insanity va nous proposer.

Graphiquement, il ne faut évidemment pas s’attendre à une explosion de la rétine, mais l’ensemble reste plutôt correct, et on remarque même rapidement quelques effets très réussis (les effets de lumière notamment, comme dans Moto Racer 4, mais également l’eau), mais on pousse également un petit « ouf » de soulagement face à la fluidité de l’ensemble, impeccable. Les courses sont évidemment archi-dynamiques, avec des adversaires qui n’hésitent pas à vous pousser violemment, et c’est d’ailleurs comme cela que l’on fera grimper la jauge de boost. Sur la piste, on trouve différents types de véhicules, différents gabarits, et il est donc déconseillé de tenter de faire dévier de sa trajectoire un truck lourd avec votre petite citadine passe-partout. Chaque joueur trouvera au fil des courses une affinité particulière avec tel ou tel véhicule, et c’est une excellente chose que de pouvoir profiter de ce large panel de joyeuseté mécaniques à quatre roues.

Le rythme en course est plus élevé que le rythme assez posé, et relativement « réaliste », du tout premier FlatOut, sans pour autant sombrer totalement dans le syndrome Burnout. Le boost est peut-être un peu trop efficace à notre goût, mais c’est surtout la maniabilité qui risque d’en faire rager certains. En effet, dans Fl4tOut : Total Insanity, il n’est pas rare de voir son véhicule partir en tête à queue ou en tonneaux pour une toute petite pichenette infligé par un adversaire, ou simplement pour avoir roulé sur un rail ou une bosse par exemple… Pire encore, il arrive que votre voiture parte en voltige à la suite d’un contact avec… rien. On perd le contrôle un peu trop facilement par moments, la faute à des collisions très approximatives, mais aussi à une conduite pas forcément très précise, sans compter un moteur physique correct, mais sans plus. A cela s’ajoute des environnements parfois très chargés, si bien qu’il est souvent difficile de différencier ce qui est destructible de ce qui ne l’est pas.

A ce sujet, les destructions sont évidemment omni-présentes, et même si ces dernières nous ont moins convaincues qu’à l’époque du premier FlatOut, cela reste toujours assez jouissif de voir une maison en bois volet en éclats, ou encore une barrière de pneus exploser devant soi. Dommage toutefois que le moteur physique ne soit pas assez costaud pour refléter la réelle lourdeur des éléments, si bien que tout parait d’une affolante légèreté ici. A cela s’ajoute la réalisation somme toute assez moyenne décrite plus haut, et on obtient un cocktail loin d’être indigeste, mais assez loin de ce que l’on pouvait espérer d’un vrai FlatOut sur PS4. De leur côté, les différents tracés sont truffés de raccourcis, mais certains sont un peu trop chargés en éléments selon nous, si bien que cela nuit assez gravement à la lisibilité de l’action parfois, et on peine un peu à trouver notre route.

Evidemment, Fl4tOut : Total Insanity propose une multitude d’éléments à déverrouiller, à commencer par des challenges via le mode Carrière. Ce dernier permet d’acheter divers véhicules via la monnaie accumulée en jeu, sans oublier un petit côté tuning pour améliorer les performances de son bolide, et personnaliser son look. Un mode FlatOut est également de la fête, et demande au joueur de triompher de divers défis, en variant allègrement les différents modes inclus (Course, Arène, Cascade…) On retrouve également le fameux mode Arène, comme dans Destruction Derby, soit un gigantesque jeu de massacre mécanique dans lequel on tentera tant bien que mal de sortir vainqueur. Dans Fl4tOut : Total Insanity, on peut également participer à des courses un peu différentes, puisque l’on pourra disposer de quelques éléments d’attaque dans le mode Assaut, à l’instar d’un Mario Kart par exemple, pour lancer une onde de choc, poser une bombe sur le circuit etc etc… Des modes assez fun dans l’ensemble, mais clairement tournés vers le multijoueur, si bien que le joueur solo s’en détournera rapidement pour se focaliser uniquement sur la partie Course, relativement consistante heureusement.

FlatOut 4 : deux courses complètes en Full HD, via PS4 Pro

Bref, si on peut reconnaître à Fl4tOut : Total Insanity une réalisation somme toute correcte, qui permet au moins de profiter d’une fluidité impeccable, on reste néanmoins sur notre faim en ce qui concerne le moteur physique, avec des éléments du décor qui paraissent bien légers, voire totalement transparents parfois. A contrario, on pestera (très) souvent face à des pertes de contrôle du véhicule assez inexplicables, et rageantes au possible… L’action est omniprésente, les adversaires n’hésitent pas à frotter sensuellement leur carrosserie contre la notre, et on alterne ainsi entre satisfaction et frustration ultime en fonction des courses. Toutefois, les férus de l’esprit originel FlatOut resteront forcément déçus de cet opus, que l’on ne sent pas très inspiré globalement, et qui manque finalement cruellement de personnalité, contrairement à un Destruction Derby en son temps…. ou un FlatOut donc.

Test réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PS4 Pro (Boost Mode Activé)

Notre avis

6.0
En toute franchise, on craignait la catastrophe mécanique avec ce Fl4tOut : Total Insanity. Au final, le jeu, s'il est loin d'égaler le premier opus, s'avère plutôt amusant à jouer, à condition de ne pas être trop regardant sur la technique, sur l'habillage global, et surtout sur le moteur physique. Les modes de jeu sont variés et plutôt riches dans l'ensemble, même si, ceux qui (comme nous) se focalisent sur la course, ne verront aucun intérêt aux modes Cascade et Assaut. Le mode Arène rappelle pour sa part les grandes heures de Destruction Derby, et globalement, cet opus fait le job comme on dit. Dommage toutefois que l'inspiration semble parfois davantage provenir de Split Second ou Burnout que de FlatOut.
17 Avis d'utilisateur
Notre Avis 6.0

Les plus

Beaucoup de tracés. Beaucoup de véhicules. D'une fluidité impeccable (PS4 Pro/Boost On). Quelques très beaux effets visuels (lumières, eau, glace, étincelles...). Des modes de jeu variés. Le mode Carrière, bien fichu. La conduite mi-arcade, mi-simu. De la destruction en pagaille. Toujours très fun en multi.

Les moins

Globalement assez moyen graphiquement. Ce ****** de moteur physique, à géométrie variable. Les personnages d'une ringardise absolue. Parfois plus frustrant qu'amusant... Le mode Cascade, inutile (à nos yeux). Ces multiples pertes de contrôles inexplicables... La bande-son... Le côté destruction qui semble passer avant la course, avec une lisibilité qui en prend un coup. L'esprit FlatOut originel, absent.

Commentaires