Accueil»Autos»Ford : à fond sur l’impression 3D

Ford : à fond sur l’impression 3D

Ford vise plus loin grâce à l’impression 3D

Pour le développement de ses prototypes, Ford se tourne vers l’impression 3D. Pour le constructeur américain, cette technologie est un moyen bien plus rapide, plus économique et surtout plus simple pour créer de nouvelles pièces quelles que soient leurs formes ou leurs dimensions.

Aujourd’hui, Ford est l’un des constructeurs automobiles les plus avancés sur l’utilisation de l’impression 3D. Grâce à cette technologie, Ford est capable d’imprimer n’importe quelle pièce en un temps record tout en limitant les coûts. Un sérieux atout lors des phases de prototypage des futurs modèles Ford sachant que c’est une phase longue et onéreuse généralement.

Pour cela, Ford utilise l’imprimante 3D Infinite Build de Stratasys, leader dans le domaine. Pour le constructeur, cela représente une avancée considérable pour la mise en production de nouveaux véhicules comme nous l’explique Ellen Lee, en charge de la recherche sur les techniques de production chez Ford :

“La technologie Infinite Build apporte beaucoup de flexibilité dans nos processus de conception et nous permet de créer rapidement de grandes pièces avec de nouvelles possibilités en termes de design” 

Plus vite et moins cher

Si les constructeurs automobiles se lancent massivement dans l’impression 3D aujourd’hui, c’est que cette technologie devient de plus en plus efficace et accessible. Et bien qu’elle soit récente, l’impression 3D est suffisamment mature pour être appliquée à la production automobile actuelle. Mais si pour le moment, elle n’est pas encore rentable à grande échelle, l’impression 3D peut s’appliquer à la production de pièces en plus faible série comme pour les éléments de voitures de course par exemple.

En comparaison avec les méthodes actuelles, l’impression 3D permet de produire une pièce instantanément à moindre coût et bien plus légère. Créée à base de plastique dans le cas de Ford, le dispositif imprime couche par couche pour former en 3D la pièce réalisée sur ordinateur.

Bien que nous soyons qu’au début, le marché de l’impression 3D devrait peser près de 10 milliards de dollars d’ici 2020.