Accueil»Lifestyle»Facebook part en guerre contre la désinformation

Facebook part en guerre contre la désinformation

Luttons contre la désinformation !

Hoax, canulars, fausses informations… Ils sont nombreux à circuler sur Internet, et si la plupart d’entre-eux ne sont que perte de temps, quelques-uns provoquent de véritables mouvements de désinformation capables d’influencer les esprits et faire gober tout et n’importe quoi à de nombreuses personnes.
misunformation


Si le sujet de la désinformation est mis à l’honneur en ce moment sur le web, c’est parce que Facebook et Google sont sous le feu des critiques pour avoir aidé à relayer un tas de fausses informations sur la campagne américaine et ainsi favoriser l’élection surprise de Donald Trump.  En effet, selon BuzzFeed News, de nombreuses hoax ont atteint un nombre de visite record pendant la campagne : théorie du complot contre les démocrates, soutien du pape pour Trump, etc… Toutes ces fausses informations ont circulé extrêmement rapidement sur le réseau social et ont sans doute joué un rôle clé dans l’élection américaine.

Que ce soit l’œuvre d’activistes de Donald Trump, ou de petits malins qui cherchent à se faire de l’argent grâce à la publicité, le constat reste le même : Facebook est complètement vulnérable face à un tel procédé de désinformation. Et c’est un vrai danger, car n’importe qui peut modifier l’actualité et retourner le cerveau des personnes les plus crédules. Alors que Zuckerberg s’efforçait de nier la possible implication de Facebook, il semble que son opinion ait changé comme indiqué dans son long post publié sur son mur il y a quelques heures : « Nous prenons la désinformation très au sérieux »

hoax

« Ces problèmes sont complexes, à la fois techniquement et philosophiquement. » c’est pourquoi Facebook est en train de mettre au point une série de nouveaux outils pour pouvoir traquer et éliminer le plus rapidement possible les hoax : un système de détection plus poussé, des reports plus faciles, la vérification par des personnes tierces, et de meilleures recommandations d’articles.

Malgré tous les efforts de Facebook ou de Google, il y a fort à parier que la désinformation ait encore de beaux jours devant elle. N’oublions pas que notre meilleur mécanisme de défense reste le sens critique et la défiance vis-à-vis de tous les articles présents sur le web ou dans la presse.