Fallait pas qu’elle s’en aille…

De la PlayStation 2, à la PlayStation 3 en passant par la PlayStation Portable, nombreux ont été les épisodes de la franchise God Of War sur consoles. Si la poule aux oeufs d’or de Sony a su combler l’attente des joueurs à mesure du temps, on peut toutefois lui reprocher de ne pas avoir su être véritablement innovante dans son genre, au gré des aventures de Kratos. C’est donc depuis le 20 avril 2018 et après de longs mois d’attente que God of War est de retour sur PlayStation 4. Un jeu dont le titre, sans numérotation, semble sonner comme une renaissance, mais qui finalement n’est peut-être pas un hasard…

god-of-war-ps4-cover

Kratos en exil dans les terres Nordiques

Comme si le dernier chapitre du fantôme de Sparte venait de se clôturer, God Of War vous invite à découvrir en terres du Nord, un Kratos résolument plus adulte, plus mature et plus sage. Exilé de la Grèce antique et après plusieurs confrontations avec les Dieux de cette mythologie, le barbare vit désormais sa rédemption dans une cabane abritée dans les bois du royaume nordique de Midgar. Décidé à tourner la page avec son passé de dieu grec, cette retraite lui permet de rencontrer sa nouvelle femme Faye et d’avoir un fils : Atreus. À la mort de Faye, et afin de respecter ses dernières volontés, Kratos et Atreus partent en quête de la plus haute montagne, depuis laquelle ils devront répandre ces cendres. Mais cette retraite d’apparence si paisible à éduquer son fils et lui apprendre les rudiments de la chasse est de courte durée. Les dieux du Nord sont aux faits de la présence du dieu grec sur leur royaume et sont bien décidés à lui faire comprendre qu’il n’est pas le bienvenu.

GOW_LaunchScreen6.max-1920x1200.jpegquality-90

C’est ainsi que démarre l’aventure de ce nouvel épisode de la franchise God Of War. Si le scénario puise son inspiration de la mythologie Nordique, ce n’est pas la seule nouveauté que le jeu nous propose de découvrir. Non seulement, les développeurs nous propose un Kratos qui a grandit de ses expériences passées, mais également un travail global autour du titre résolument plus élaboré. Pour la première fois dans la série, God Of War prend la forme d’un jeu à la troisième personne avec une vue caméra d’épaule. La narration et la mise en scène invitent quant à elles le joueur à ne plus être uniquement acteur des séquences de jeu, mais également un spectateur. Une orientation plus cinématographique donc, et qui semble tout droit suivre la voie que le studio Naughty Dog a très largement emprunté ces dernières années avec The Last Of Us, mais encore Uncharted.

GOW_Battle_#2
GOW_Battle

En résulte, une progression qui se veut timide au départ, mais qui à mesure du temps devient non seulement plus dynamique mais également plus puissante dans sa prise en main. C’est assez dingue de pouvoir le constater manette en main, et c’est en partie due grâce à des éléments empruntés aux RPG (points d’expériences, arbre de compétences, évolution d’armes et armures) et sagement utilisés à bon escient.

Atreus savait compter deux par deux…

Si dans God Of War vous contrôlez Kratos, vous serez accompagné de son fils Atreus. Ce duo père/fils propose dans la pratique une progression nouvelle au sein des niveaux. Atreus aura la possibilité à l’aide de Kratos d’accéder à des plateformes hautes, d’utiliser ses flèches pour activer, exploser un passage, utiliser ses connaissances pour décrypter des messages, mais également se faufiler dans de petites cavités. Fait amusant, la culture d’Atreus renvoie bien souvent Kratos à son statut de barbare sanguinaire. À se demander si le spartiate sait lire !

GOW_Kratos_Atreus
Gamin, ça veut dire quoi ?

Afin de marquer la rupture avec les précédents volets, les joueurs ont remarqué que Kratos a troqué ses lames au profit d’une hache et un bouclier. Si l’origine de ce changement n’est scénaristiquement pas expliqué, cette nouveauté sait se faire apprécier et offre donc de nouvelles possibilités en combat. Oui parce qu’à l’instar de Thor, non seulement Kratos peut expédier sa hache dans ses adversaires, mais également la rappeler ! Atreus, quant à lui, dispose d’un arc et de flèches.

GOW_Exploration_Temple

Ce binôme fonctionne d’ailleurs très bien dans la pratique. Les développeurs ont su rendre Atreus utile lors des phases de combats. Les joueurs auraient donc tort d’ignorer son arbre de compétences et équipements, puisque le garçon pourra nous être utile dans bien des situations : soutien pour faire du soin, étourdir les ennemis, distribuer une nuée de flèches sur les ennemis, bref l’usage d’Atreus à l’aide de la touche carré nous sauve bien souvent la mise tant la difficulté du jeu n’est pas des plus faciles.

Certes dans son mode recommandé, le challenge est présent mais surmontable, mais dans les modes plus élevés il faut parfois serrer les fesses et observer les ennemis pour comprendre leur routine. Demon’s Souls vous dites ? On en est pas très loin, même si cela reste nettement moins punitif !

Un vent de fraicheur du Nord…

A l’image de Kratos, Santa Monica Studio s’est détaché des précédents code de la série. Ainsi, comme nous avons pu le dire précédemment, si l’on retrouve toujours le fil rouge God Of War dans son scénario et ses rebondissements, le titre aborde la franchise d’une nouvelle façon en s’éloignant du genre purement arcade beat’m’all au profit d’un jeu action/aventure. On apprécie ce changement de cap orchestré par l’équipe de développement, car on trouvait à la rédaction que le style commençait à s’essouffler un peu. Ici, vous aurez donc le loisir de naviguer avec une barque au travers du royaume de Midgar afin de compléter votre objectif principal, mais également un bon lot de quêtes secondaires.

GOW_Boat_Exploration
Gamin, laisse les gondoles à Venise…

Si ces dernières restent facultatives, elles sont cependant généralement suffisamment intéressantes pour que le joueur puisse y passer du temps et récupérer en échange un bonus. Pour le reste, à mesure de votre progression vous accumulerez des points d’expérience et de l’argent récupéré ici et là afin de faire évoluer votre personnage. Armures, compétences du bouclier, compétences de la hache, compétences d’Atreus, reliques etc. bref un vrai petit panel d’items à collectionner et de sets à faire évoluer en fonction du style de joueur que vous êtes. Tandis que certains préféreront se la jouer défense, d’autres pourront opter pour un profil purement offensif.

GOW_Leviathan_Axe

GOW_Kratos_Rage
GOW_Cut_Scene

Vous l’aurez probablement compris au travers de ce test, God Of War sur PlayStation 4 est clairement obligatoire pour peu que l’on aime le genre. Si le rythme en a clairement prit un coup au profit d’une narration plus en longueur, les plus impatients seront récompensés par quelques séquences épiques ! On regretterait presque que les QTE peu présents lors de gros affrontements. Nous donnant ce sentiment qu’à mesure que l’on martèle le bouton à l’écran, on arrive à arracher la partie de l’ennemi. Comptez d’ailleurs en moyenne une bonne trentaine d’heures de jeu pour en venir à bout !

Enfin, esthétiquement, si ce God Of War affiche une forme assez éblouissante sur PS4 « classique », le jeu propose évidemment une compatibilité poussée avec la PS4 Pro de Sony. Sur le modèle premium, il est possible d’opter pour un rendu privilégiant les graphismes (4K) ou un rendu mettant l’accent sur l’animation. Pas question toutefois ici de grimper à 60 images/seconde, mais on dispose malgré tout d’un rendu plus fluide, même si, de notre côté, on a privilégié le rendu 4K et son animation calée à 30 fps. Forcément, l’ensemble est (un peu) plus propre que sur PS4 classique, mais ce God of War a été parfaitement optimisé pour infliger une sacrée claque à tous les joueurs, que ces derniers disposent d’un écran 4K ou non.

Notre avis

10.0
En nommant ce nouveau volet God Of War, synonyme de redémarrage de la série, Santa Monica Studio a su nous prouver qu'ils avaient suffisamment d'imagination et de compétences pour renouveler l'expérience God Of War sur PlayStation 4. On prend donc un malin plaisir à prendre en main un Kratos assagit d'apparence, mais dont les démons du passé finissent par refaire surface. Clairement, vous pouvez y aller les yeux fermés !
5 Avis d'utilisateur
Notre Avis 10.0

Les plus

Une revisite totalement maitrisée en conservant l'historique, visuellement chiadé, un temps de jeu très honorable

Les moins

Quelques longueurs parfois, un côté un peu trop prévisible dans certains combats

Commentaires