The Surge, ou la DarkSoulisation du jeu vidéo ?

Pas forcément très connus du grand public, les allemands de Deck13 se sont illustrés il y a quelques années avec Lords of the Fallen, un action-RPG exigeant certes, mais pas forcément mémorable. Avec The Surge, le studio est de retour pour un nouvel action-RPG, qui se déroule dans un univers type SF plutôt inspiré, et assez original pour le coup. Un futur dystopique qui plus est, soit une utopie qui vire rapidement au cauchemar. Exit les chevaliers, les fantômes, les dragons et les goules, place à un univers post-apocalyptique crado à souhaits, à des décharges, à des exosquelettes et à des robots belliqueux.

Dans The Surge, le joueur incarne Warren, un ouvrier en fauteuil roulant qui va profiter de la technologie mise au point par la société CREO pour retrouver toute sa mobilité. Comment ? Grâce à l’implantation d’un exosquelette de travail ultra-perfectionné. Toutefois, très vite ce cher Warren se réveille dans un mode post-apocalyptique, et devra faire face à divers ennemis, tout en essayant de comprendre le pourquoi du comment de ce cauchemar robotisé.

Rapidement, on ressent ici la patte From Software, et ce The Surge rappellera certainement les premiers moments passés sur Bloodborne. En effet, la progression est relativement similaire, avec des ennemis plutôt simples en apparence, mais qui peuvent rapidement occire le héros. Côté combat, The Surge mise sur deux boutons d’attaques, avec la possibilité de charger ses coups, sans oublier une esquive et même une garde. Evidemment, une jauge d’endurance est là pour éviter au joueur de bourriner comme un sauvage. Sur le terrain, le système de combat est plutôt convaincant, avec pile ce qu’il faut de stratégie pour déclencher un vrai sentiment de satisfaction à chaque joute victorieuse.

Visuellement, on évolue ici dans un cadre très SF, avec un petit côté Mad Max au passage. Rapidement, Warren fait face à des ennemis de plus en plus puissants, mais heureusement, il sera possible de passer du temps dans les centres médicaux, histoire d’upgrader son exosquelette. Pour cela, on utilise des pièces détachées récupérées sur les ennemis ou à certains endroits précis. Attention, comme dans un Bloodborne/Dark Souls, chaque mort vous renverra au checkpoint, sans la moindre pièce détachée en poche. Il faudra donc savoir prendre des risques, tout en évitant de mourir avec le plein de monnaie. Heureusement, il est possible de revenir sur le lieu du décès pour récupérer son pécule, mais il faudra alors se hâter, afin d’arriver avant la fin du compte à rebours.

Outre la possibilité de faire augmenter le niveau de son exo-squelette, The Surge permet aussi d’augmenter les capacités de Warren, en greffant différents membres sur son corps. Des parties que l’on récupérera directement sur les ennemis en focalisant son attaque sur le bras, la jambe ou la tête, mais que l’on peut également fabriquer, et faire évoluer. Cela se traduit non seulement par un nouveau look pour ce cher Warren, mais aussi par des capacités d’attaque/défense boostées. Assez addictif, ce système permet d’adapter littéralement Warren à son style de jeu. Sympa.

Côté level design, point de map ici, et il faudra donc vous en remettre à votre bon vieux sens de l’orientation. A l’instar d’un Dark Souls ou d’un Bloodborne, les raccourcis sont légion, tout comme les pièges et les ennemis. A ce sujet, les aires de jeux sont plutôt vastes, et les niveaux suffisamment variés pour pousser le joueur à avancer sans relâche. L’ensemble reste cantonné au thème SF post-apocalyptique, mais quel plaisir de trouver enfin ce raccourci salvateur, ou encore d’atteindre le centre de recherches sans encombre après de longues minutes passées sur le champ de bataille.

Car oui, The Surge reprend également la très grande difficulté propre aux jeux signés From Software. Ainsi, la présence de deux ennemis en simultané peut rapidement virer au drame, sans compter le fait qu’un tour dans le centre de recherche le plus proche aura certes pour effet de booster Warren… mais cela se traduira aussi par le respawn de tous les ennemis de la zone. Pratique pour faire du levelling, mais assez rageant parfois lorsqu’il s’agit de retourner à un point précis. Toujours en ce qui concerne la difficulté, il est à noter que les combats face aux boss sont particulièrement délicats, et seuls les plus vaillants viendront à bout ne serait-ce que du premier d’entre eux.

Techniquement, The Surge affiche des environnements plutôt détaillés, avec quelques jolies animations notamment lorsque l’on achève un adversaire. Certes, on n’échappe pas à quelques bugs de collision, mais l’ensemble reste très correct, avec un petit coté Mad Max pas forcément déplaisant. L’ensemble fleure bon la zone indus’ de Dunkerque, et le jeu propose suffisamment de nouveautés au fil des niveaux pour ne pas (trop) lasser le joueur. Sur PS4 Pro, le jeu bénéficie d’un petit surplus de puissance pour afficher un rendu Full HD à 60 fps, ou encore de la vidéo 4K, mais à 30 fps seulement. La bande-son est plutôt nickel dans l’ensemble, rien à redire à ce sujet. Bref, une jolie surprise, à condition toutefois d’apprécier un minimum le genre, au risque de lâcher l’affaire au bout de 10 minutes de jeu à peine.

Notre avis

7.5
Pas forcément inoubliable, The Surge constitue malgré tout une bonne surprise pour qui recherche une alternative à Dark Souls / Bloodborne. Le côté SF est assez original, les animations sont très bien fichues et l'ensemble fonctionne plutôt bien il faut l'admettre. Le système de démembrements est un modèle d'intelligence, tout comme le craft, très bien géré. On regrette simplement un léger manque de variété au niveau des armes, un scénario somme toute assez convenu et quelques petits bugs, mais l'ensemble reste plutôt agréable, à condition bien sûr d'aimer la souffrance vidéoludique propre aux jeux From Software.
4 Avis d'utilisateur
Notre Avis 7.5

Les plus

Un univers SF original pour ce genre action/RPG. L'absence de maps, et le côté exploration qui en découle. Des combats nerveux et violents. L'évolution de Warren, y compris esthétique. Durée de vie honorable (20/25h). Techniquement réussi, à défaut d'être irréprochable.

Les moins

Des environnements pas toujours évidents à assimiler. Quelques bugs. Pas beaucoup de boss. La difficulté en dents de scie parfois. Il va falloir faire pas mal de levelling...

Commentaires