Une nouvelle aventure inédite sur Nintendo Switch

Avec pas moins de 2 millions d’unités écoulées en seulement trois jours de commercialisation, il est difficile d’ignorer le phénomène Super Mario Odyssey qu’est en train de vivre la dernière console nomade de Nintendo. Des chiffres qui ne tarissent pas l’éloges ce nouveau volet des aventures du plombier et qui témoignent de son succès et sa vaste popularité auprès des joueurs. Nous nous sommes procurés le jeu afin de vous donner notre avis.

super-mario-odyssey-intro

Un savant mélange de l’ère 64 et Wii

N’en déplaise aux détracteurs, après un passage en demie-teinte sur Wii-U, la licence Mario fait son grand retour sur Nintendo Switch avec Super Mario Odyssey. Une nouvelle aventure placée sous le signe de la nostalgie et l’originalité puisque, comme l’ont illustré les premières séquences de jeu diffusées à l’occasion de son annonce, Super Mario Odyssey reprend ici et là les codes qui ont fait le succès de la saga tout en ayant la prétention d’offrir de la nouveauté.

super-mario-odyssey-#1

Mario est donc de retour dans une nouvelle aventure qui, comme son nom l’indique, l’invite à vivre une odyssée. Un périple que notre plomber est contraint d’effectuer puisque son ennemi juré Bowser a décidé d’enlever une nième fois la princesse Peach et se marier avec. Ce mariage forcé l’emmène de la jungle, à la banquise, en passant par la ville, les airs etc. afin de découvrir un univers riche et varié, tantôt au design inspiré et visuellement léché, tantôt plus acide et aux couleurs criardes.

super-mario-odyssey-#3

Le début du voyage démarre alors que Bowser met une raclée à notre plombier qui va le projeter vers un paysage inconnu. À son réveil ce dernier ne tarde pas à découvrir son nouveau compagnon d’arme : Cappy. Un personnage qui prend la forme d’un chapeau fantôme et qui va fusionner avec la « feu » casquette du plombier afin de lui offrir toute une nouvelle panoplie de coups divers et variés. Aussi simple que puisse paraitre cette fusion, c’est pourtant celle-ci qui va doter Super Mario Odyssey de sa touche d’originalité et d’innovations.

Le coup du chapeau

Exit donc les transformations à base de champignons, plumes et autres fleurs, l’arrivée de Cappy semble symboliser une forme d’indigestion de notre plombier à ces mets d’antan pour laisser place à un gameplay revisité. Bien sur, on retrouve certaines mécaniques propres à l’univers de l’ère 3D Mario : roulade, triple saut, saut arrière, écrasement etc. auxquels viennent s’ajouter les lancées de la casquette à l’aide de Cappy. Petit bonus en prime, ces lancés bénéficient du support du gyroscope des Joy-Cons et permettent, en fonction du mouvement réalisé par le joueur, d’exécuter un tir.

super-mario-odyssey-#4

Comme le disait si bien Yannick : en haut … en bas … et c’est tout ? Non justement puisqu’en plus d’être un projectile permettant à Mario de progresser dans les différents niveaux, Cappy permet également de prendre possession du corps des ennemis et ainsi de bénéficier de leurs pouvoirs ! Une nouveauté totalement what the fuck mais qui saura montrer rapidement ses atouts. Nintendo se paie même le luxe de greffer au sein des niveaux des passages old-school aux graphismes NES histoire de séduire un peu plus les joueurs.

super-mario-odyssey-#10

super-mario-odyssey-#7

Il faudra donc user de stratégie afin de venir à bout des secrets que renferment les différents niveaux du jeu dans le but de découvrir non pas des étoiles mais des lunes. Car pour pouvoir voyager de pays en pays à la poursuite de Bowser et sauver la princesse Peach, Mario devra utiliser un vaisseau baptisée l’Odyssey dont le carburant n’est autre que les fameuses étoiles que vous allez collecter dans les différents niveaux. Un minimum de lunes est requis systématiquement à l’arrivée dans une nouvelle zone afin de progresser et littéralement mettre les voiles vers la prochaine !

super-mario-odyssey-#5

De la rejouabilité, des bonus, de l’originalité…

Si la campagne principale peut s’effectuer sans réelles encombres, c’est sur son aspect collection et bonus que Super Mario Odyssey propose de la rejouabilité. À l’instar de Breath of the Wild, Super Mario Odyssey ne se limite plus à un simple jeu de plateforme mais assume de plus en plus son côté « open-world » que l’on a déjà pu découvrir par le passé sur Wii avec Mario Galaxy.

Les différents mondes que l’on traverse s’enrichissent à mesure que l’on progresse dans le jeu. Il ne faudra donc pas hésiter à revenir en arrière dans le but de débloquer ou accéder à ce fameux passage qui bloquait notre plombier au départ. Clin d’oeil à la série, il ne sera pas rare de découvrir des tableaux fixés dans les niveaux et qui, comme à l’époque de Mario 64, permettent de voyager vers une nouvelle zone.

super-mario-odyssey-#8
super-mario-odyssey-#9

La collecte de pièces a aussi son importance. Nintendo l’a bien compris avec les amiibos, les joueurs aiment personnaliser leur avatar en jeu. Ainsi en plus des classiques pièces d’or, les niveaux regorgent d’une monnaie unique en fonction de la zone ou vous vous trouvez. Ces pièces d’or et cette monnaie unique sont échangeables contre de nouvelles panoplies de Mario et Cappy. Vous aurez donc  le loisir de personnaliser l’aspect du plombier dans les associations les plus fantaisistes qui vous viennent à l’esprit et vous pourrez également accéder à des zones précises d’un niveau si vous êtes doté de la bonne tenue.

Notre avis

9.0
Sans surprise, Super Mario Odyssey est une pépite que l'on se doit de posséder sur la Nintendo Switch. Comme à l'accoutumée et après un excellent Breath of The Wild, les licences de Nintendo restent des valeurs sures. Le jeu reste profitable en mode nomade mais également en mode TV. Vous pouvez même y jouer en coopération. La rejouabilité et la durée de vie sont bonnes, de nombreux bonus et son aspect collection promettent quelques heures de recherche afin de compléter l'ensemble des objets à récupérer !
6 Avis d'utilisateur
NOTRE AVIS 9.0

Les plus

Cappy, la personnalisation, les transformations, la richesse des niveaux, la précision du gameplay

Les moins

Quelques niveaux parfois pas inspirés, une progression un peu linéaire si l'on ne fait pas les bonus, une difficulté pas très élevée

Commentaires